Maroc Infos

Étienne Mougeotte : «Le Maroc est mon deuxième pays»

Posted in Interviews, Maroc by hichambennani on août 3, 2012

par Hicham Bennani

Quelle est la raison de votre présence à Agadir ?

Je suis un amoureux du Maroc. Je dois y venir en moyenne cinq ou six fois par an. Donc, j’aime le Maroc, j’aime les Marocains et parmi mille raisons de venir au Maroc, il y a évidemment le golf. Cela fait maintenant très longtemps que j’ai le bonheur d’être invité à l’occasion du Trophée Hassan II. J’y viens toujours avec plaisir, et là pour la première année, c’est à Agadir. C’est d’ailleurs une grande réussite. Agadir est une ville qui est en train de se développer de manière formidable avec une qualité d’accueil, des hôtels et des golfs. Donc, je trouve très bien que le Trophée Hassan II de golf reste deux ans à Agadir.

Ce n’est évidemment pas la première fois que vous venez ici…

Non bien sûr… J’ai fêté la nouvelle année à Agadir. J’ai beaucoup d’amis marocains que je me suis fais au fil des années. Je les vois quand je viens au Maroc, mais je les accueille aussi lorsqu’ils viennent à Paris. Et moi je dis toujours, le Maroc c’est mon deuxième pays. Je viens en moyenne cinq fois par an.

Il semble que vous aimez énormément les Marocains…

Les Marocains sont des gens exceptionnels. De qualité d’accueil, d’ouverture. Ils m’aident à comprendre la relation entre l’Afrique et l’Europe. La relation entre les pays émergents et les pays développés. Je m’enrichis toujours beaucoup en écoutant les Marocains, en parlant avec eux. Car ils sont à la fois très proches de nous, et en même temps, très différents. La richesse d’une relation est toujours fondée sur les différences et sur la volonté d’essayer de comprendre l’autre, de recevoir ce qu’il peut apporter et modestement de voir ce que l’on peut lui apporter. Il est essentiel de développer les relations entre l’Europe et les pays de la Méditerranée.

Puisque vous participez au Trophée Hassan II de golf, que Feu Hassan II lui-même a fondé, avez-vous eu l’occasion de rencontrer l’ancien monarque ?

J’ai rencontré effectivement Sa Majesté Hassan II pour des interviews. J’apprécie les qualités de ce très grand souverain et j’ai également eu l’occasion de rencontrer Sa Majesté Mohammed VI. J’ai été impressionné par sa vision et sa volonté de développer le Maroc. J’ai été notamment séduit par son dernier discours qui montre une grande vision de l’avenir du Maroc et des Marocains.

C’étaient donc des interviews que vous a accordé Hassan II sur le sol marocain ?

Au Maroc et aussi à Paris. Je l’ai rencontré le 16 juillet 1999, juste avant sa mort. J’avais passé avec trois ou quatre journalistes un long moment avec lui, malheureusement il y est mort 15 jours après.

Ici au Maroc, on a davantage le souvenir de ses interventions dans L’heure de vérité sur Antenne 2…

Il a aussi accordé une grande interview à Anne Sainclair sur TF1. Mais je l’avais aussi interviewé lorsque j’étais à Europe 1. Il y avait une émission qui s’appelait Le club de la presse sur Europe 1. Sa Majesté nous avait reçus et nous avait donné une très longue interview d’une heure.

Qu’est-ce qui vous a marqué chez Hassan II ?

Sa vision du monde appuyée sur une très grande culture et une analyse politique de grande qualité.

Pour revenir à Mohammed VI, dans quel cadre l’avez-vous rencontré ?

J’ai eu l’occasion de le rencontrer justement à l’occasion d’un Trophée Hassan II. Sa Majesté m’avait fait l’honneur de passer quelque temps avec lui. Cela doit faire deux ou trois ans.

Qu’est-ce que vous pensez du Maroc de Mohammed VI ?

C’est un pays qui s’inscrit vraiment dans la modernité. Je pense que Sa Majesté Mohammed VI a remarquablement conquis les défis du 21ème siècle. Et je pense qu’il a une très bonne approche de la question sociale. Il a fait beaucoup pour le statut des femmes, maintenant il engage une réforme constitutionnelle. Donc, je pense que c’est un souverain de son temps. Il a très bien compris les défis auxquels le Maroc était confronté. C’est une chance pour le Maroc d’avoir un souverain qui est encore jeune, même s’il a déjà une très grande expérience politique. Cette jeunesse lui permet d’encore mieux saisir ce qu’est en train de devenir le 21ème siècle. Et il sera l’homme du 21ème siècle.
(more…)

Arthur, Show à la marocaine !

Posted in Culture, Interviews by hichambennani on octobre 8, 2011

Par Hicham Bennani

« Je suis heureux d’être ici ce soir, à Casablanca, ça me fait chaud au cœur, parce que c’est ici que je suis né. » Une phrase pour lancer son show devant le public marocain. Une phrase simple et lourde de sens pour montrer dès son entrée en scène, qu’il n’avait pas l’intention d’oublier qu’il était sur la terre de ses parents.

Difficile pour Arthur de faire fi du spectacle qu’il avait devant les yeux à Casablanca : « Je n’ai jamais vu un public pareil ! » lance Arthur. «Y’en a qui mangent des pop-corn… d’autres qui parlent au téléphone… Vous êtes exceptionnels ! » Juste les mots qu’il faut pour faire l’unanimité et plaire au public casablancais.

« Quand j’étais petit, je me suis réveillé le jour de Noël, je suis allé voir s’il y avait des cadeaux en bas du sapin. Et là… je me suis rappelé… que j’étais juif ! » Un gimmick asséné à plusieurs reprises par Arthur pour rappeler ses origines, au-delà du fait qu’il est natif de Casablanca…

Durant sa représentation façon show à l’américaine, Arthur n’hésite pas à parler régulièrement à la foule, il s’adresse aux spectateurs, les découvre et leur pose même des questions directement. La recette idéale pour adapter son spectacle au regard marocain : « Mais tu fais quoi toi ? » lance Arthur à une femme dans le public. «Tu te maquilles dans le noir ? Nulle part au monde je n’ai vu une femme se maquiller ainsi dans une salle ! »

Une interactivité qui nous fait inévitablement penser à Gad El Maleh, chouchou du public casablancais. « Gad m’a donné des conseils », avoue Arthur. «Je sais que demain, je pourrai trouver mon spectacle en DVD en vente chez vous, avant même qu’il ne sorte en France ! » (more…)

Assaâd Bouab « Le Maroc est mon pays de cœur ! »

Posted in Culture, Interviews by hichambennani on avril 22, 2011

Une interview de Hicham Bennani. Photos Ahmad Bouzoubaa

Assaâd Bouab est un acteur franco-marocain qui s’est fait connaître à travers le film Marock et a notamment joué dans Indigènes, Wathever Lola wants et plus récemment dans Kandisha. C’est en toute simplicité qu’il répond à nos questions dans le salon de thé qui appartient à ses parents, situé à l’Agdal (Rabat). Au café Rive Gauche, duquel on peut voir l’immeuble où il a grandi, l’homme au parcours atypique n’a jamais pris la grosse tête. Il est resté l’enfant passionné qu’il a toujours été. C’est peut-être le secret de sa popularité.

Pourquoi êtes-vous actuellement au Maroc?

Je vais commencer le 10 janvier le tournage d’un long-métrage à Marrakech, produit par une boîte de prod marocaine. Le réalisateur français s’appelle Sébastien Rossi. J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette personne après avoir vu un de ses courts-métrages. Il y a une vraie richesse dans son travail. Le film raconte une sorte de course poursuite dans le Maroc. Après avoir volé malgré eux des bijoux à un gangster, un homme et une fille se retrouvent poursuivis par la police. Je forme un binôme avec l’actrice française Beatrice Rosen, qui avait joué la Russe dans le film 2012.

Vous êtes donc de passage pour ce film. Vous vivez en France en temps normal ?

Disons que je suis assis entre deux chaises. Je suis encore domicilié en France et je paye mes impôts là-bas… C’est vrai qu’il y a certains avantages à être comédien en France étant donné que lorsqu’on ne travaille pas l’Etat vous aide financièrement. Je vis avec ma femme dans la ville d’Aurillac où il fait très froid (rires) ! C’est la région de ma mère et je suis né là-bas. Si je peux avoir mon confort et ma qualité de vie, c’est tant mieux !

Ce n’est pas un handicap pour un acteur d’habiter loin de la capitale ? (more…)

Tagged with: ,

Mohamed Achâari : «L’obscurantisme n’est pas uniquement le fait des islamistes»

Posted in Interviews by hichambennani on avril 6, 2010

Mohamed Achâari, membre du bureau politique de l’USFP (Union Socialiste des Forces Populaires

«La transition démocratique est en panne»

Q : Quels souvenirs gardez-vous de Abderrahim Bouabid ?

R : Abderrahim ne comprenait pas que l’on puisse défendre une cause nationale aussi importante que la souveraineté marocaine et l’intégrité territoriale sans avancer sur le plan de la démocratie. On ne peut pas avancer dans le projet de défense de notre intégrité territoriale, sans avancer également dans le domaine des libertés et de la démocratie. C’est l’élément fondamental du renouveau du nationalisme.

Q : Peut-on faire un parallèle entre la situation à l’époque et celle d’aujourd’hui ?

R : Toute la classe progressiste de cette époque n’acceptait pas que dans le domaine de la question nationale, les pouvoirs publics se contentent seulement de nous mettre au courant après l’action. (more…)

Tagged with: , , ,

Enfants de Salafistes : victimes malgré eux

Posted in Maroc by hichambennani on février 2, 2010

Les enfants des présumés terroristes des attentats de Casablanca se souviennent de l’arrestation de leur père comme si c’était hier. Depuis, ils sont marginalisés par la société. Encore plus que les autres enfants aux conditions précaires, ils n’ont d’autre choix que de s’en remettre à Dieu. Témoignages à Sidi Moumen, quartier qui a vu naitre des kamikazes du 16 mai.

par Hicham Bennani

Les enfants du bidonville des carrières Thomas, en périphérie de Casablanca vivent toujours dans des conditions précaires. Mais certains sont plus marginalisés que d’autres. En ce lieu appelé «Kariane Toma», un grand nombre de présumés terroristes ont été arrêtés par la police, suite aux attentats de Casablanca du 16 mai 2003. Selma Mouhim avait 5 ans, lorsque son père Abdelhak a été enlevé à son domicile. Abdelhak Mouhim, 36 ans, peintre en bâtiment, a été condamné à trente ans de prison ferme. «Je m’en souviens comme si c’était hier. Une vingtaines d’hommes en civil ont pénétré par la force dans la maison. En nous injuriant, ils nous ont demandé où était mon père. L’un d’eux m’a violemment frappé à la jambe. Ma mère venait d’accoucher, ils ont alors dit «mabrouk ziada» (bienvenue au nouveau né) !», témoigne la jeune fille aujourd’hui âgée de 12 ans. Après cela, Selma a continué de se rendre à l’école. «Les premiers mois, mes camarades m’insultaient et me traitaient de fille de terroriste. Une institutrice m’a reproché de porter le voile. Ils me disaient : comment se fait-il que tu obtiennes de très bonnes notes, alors que tu es fille de terroriste, tu ne le mérites pas ! Lorsque je rentre à la maison, je me réfugie dans le travail et je pleure. Je veux que l’innocence de mon père soit faite par la justice», lance Selma en éclatant en sanglots. Pour acheter leurs livres et leur matériel scolaire, les enfants de ceux qui ont été incarcérés après les attentats de Casablanca font avec les moyens du bord, car leurs familles sont coupées de toutes aides extérieures. Et personne n’a le droit de leur apporter de l’assistance. «Nous sommes surveillés en permanence, les voisins sont solidaires, mais on leur passerait les menottes s’ils nous donnaient quoi que ce soit», assure Khamissa Rtimi, sœur de Abderazak Karaoui, condamné à 30 ans de prison ferme. (more…)

Mohamed Lahbabi : «Le makhzen rabaisse les partis et les hommes»

Posted in Politique by hichambennani on janvier 22, 2010

Mohamed Lahbabi , Professeur universitaire et membre fondateur de l’USFP (Union socialiste des forces populaires)

Intellectuel, homme de principes, enseignant et leader historique de l’UNFP (Union nationale des forces populaires) puis de l’USFP (Union socialiste des forces populaires), Mohamed Lahbabi, de par son honnêteté et son expérience, bénéficie du respect de la gauche marocaine et de la classe politique en général. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la politique marocaine et l’économie. Si ses détracteurs tentent de le marginaliser, celui qui est aujourd’hui âgé de 85 ans a le mérite de ne pas user de la langue de bois tout en adoptant un discours modéré et cohérent. La déportation de Mohammed V en août 1953 fait partie des événements qui ont marqué la vie de ce militant chevronné. En mars 1965, il a fait une intervention au Parlement pour dénoncer les exactions du régime. Ce qui a provoqué la colère de l’ancien monarque qui a demandé au ministre de l’Enseignement de rayer Mohamed Lahbabi des cadres de son département. Mais Lahbabi était avant tout l’ami intime de Aberrahim Bouabid, membre fondateur de l’USFP, avec qui il a passé six mois derrière les barreaux à Missour en 1981 pour avoir remis en cause le référendum de Hassan II sur le Sahara. (more…)

Fondation Bouabid : bilan d’une rencontre

Posted in Politique by hichambennani on janvier 22, 2010

Le 8 janvier dernier, plusieurs prises de position engagées sont ressorties d’une rencontre-hommage à l’icône de l’USFP Abderrahim Bouabid. Driss Lachgar, le nouveau ministre du parti de la rose qui flirte aujourd’hui avec le PAM, a brillé par son absence.

«La prison est préférable au silence sur un sujet qui touche à l’avenir du pays.» Ces paroles de Abderrahim Bouabid, un des principaux fondateurs de l’USFP (Union socialiste des forces populaires), décédé le 8 janvier 1992, étaient inscrites en langue arabe sur une banderole, au siège de la Fondation Abderrahim Bouabid, le vendredi 8 janvier 2010. Ce jour-là, plus d’une cinquantaine d’acteurs de la société civile s’étaient donné rendez-vous pour commémorer le 18è anniversaire du décès de Abderrahim Bouabid. Driss Lachgar, membre du bureau politique de l’USFP qui vient d’être nommé ministre chargé des Relations avec le Parlement, était absent. Une fois son portefeuille obtenu, l’homme qui parlait d’un Front national pour la démocratie avec le PJD a radicalement changé d’orientation. «Je n’ai pas été invité. De toutes les façons, je n’ai pas l’habitude de participer à toutes les rencontres associatives, que ce soit pour la gauche ou pour El Himma !», nous déclare Lachgar. Pourtant, selon les organisateurs, tous les membres du bureau politique ont été invités. Abdelouahed Radi, secrétaire général de l’USFP ayant également eu des pourparlers avec le PAM et qui vient d’être éjecté de son poste de ministre de la Justice, était également absent. «Je suis très malade en ce moment», se justifie l’ex-ministre au bout du fil. Dernière absence remarquée, celle de Habib Malki, membre du bureau politique et proche de Radi. Contacté par téléphone, Habib Malki, un des fondateurs et membre actif de la Fondation Bouabid, a indiqué qu’il n’avait été prévenu que mardi 12 janvier et qu’il s’était rendu sur la tombe de Abderrahim Bouabid le vendredi matin avec Radi. «J’ai ensuite pris la route, car j’avais un engagement important en dehors de Rabat», précise H. Malki.
(more…)

Driss Lachgar ou la servitude volontaire

Posted in Politique by hichambennani on janvier 14, 2010

A la surprise générale, celui qui critiquait l’Etat, dénonçait les pratiques du PAM et prônait un rapprochement avec le PJD vient d’être nommé ministre. Tout porte à croire que sa nomination a été préméditée. Explications.


par Hicham Bennani

Au sein du Parlement à Rabat, on parle de «douche froide» en ce mardi 5 janvier 2010. Les parlementaires sont surpris et choqués. Driss Lachgar, membre du Bureau Politique de l’USFP (Union Socialiste des Forces Populaires) a été nommé la veille ministre chargé des Relations avec le Parlement à la place de l’Istiqlalien Mohamed Saâd Alami. La grande majorité des militants du parti de la rose sont également dépités. Ils se disent «gênées, trahis et déçus». Ali Bouabid, membre du bureau politique ayant boycotté le dernier conseil national de l’USFP, explique que «le remaniement ministériel est fondamentalement politique, mais il s’est fait en excluant les partis !»  Même son de cloche du côté de Mohammed Achâari, membre du bureau politique ayant aussi fait l’impasse sur le dernier conseil national. Il estime que le remaniement ministériel ne s’est pas fait dans la transparence politique. «Il n’y a pas eu de débat, pas d’analyse, rien n’est clair, où sont les grandes orientations politiques ?», questionne l’ex-ministre de la culture. Larbi Jaïdi, membre du conseil national de l’USFP s’étonne également du revirement de Driss Lachgar et préfère ne pas se prononcer «à chaud», en attendant des explications du bureau politique. Il nous souffle tout de même au bout du fil que «cela fait trente ans que je travaille avec Lachgar, il n’y a aucune rationalité dans sa nouvelle position !» Et d’ajouter : «Si les choses échappent à des structures nationales, on a plus rien à dire dans la prise de position». Que représentait Lachgar pour les Ittihadis ? Que lui reprochent-ils exactement ? Et pourquoi semblent-ils autant déboussolés ?

(more…)

Omar Bendjelloun : L’HERITIER DE BEN BARKA

Posted in Nécro by hichambennani on décembre 25, 2009

Omar Bendjelloun, martyr de la lutte démocratique

par Hicham Bennani

L’icône de la gauche marocaine à été assassinée le 18 décembre 1975. La disparition de ce farouche opposant au régime de Hassan II, emblème de la réorientation de l’USFP, reste encore un mystère.

Portrait.

La deuxième session du Conseil du parti de la rose qui s’est tenu les 5 et 6 décembre derniers a été dédiée à Omar Bendjelloun. 34 ans après sa disparition, le leader de la gauche reste un modèle incontestable au sein de l’USFP (Union Socialiste des Forces Populaires). «C’était un rassembleur, un homme qui savait parler au peuple et en même temps, sa voix était très influente», témoigne un ancien proche de Omar Bendjelloun, qui ajoute : «il avait une aura internationale et contrairement aux leaders d’aujourd’hui, il n’avait pas un discours piloté par le Makhzen, il s’exprimait sur tous les sujets sensibles sans langue de bois : Sahara, droits de l’homme, monarchie, etc.» En 1967, Omar Bendjelloun fonde la revue Palestine avec Ouadie El Assafi, ancien résistant et cadre de l’UNFP (Union Nationale des Forces Populaires). (more…)

Najib Boulif : «Nous pouvons nous allier avec l’USFP»

Posted in Politique by hichambennani on décembre 25, 2009

Mohamed Najib Boulif,

membre du conseil national du PJD (Parti Justice et Développement), président du PJD dans la région Tanger-Tétouan, vice président de la commission des finances et vice-président du groupe parlementaire du PJD.

«La politique n’est pas un objectif en soi»

Q : Comment s’est déroulé le dernier conseil national du PJD qui avait lieu les 12 et 13 décembre derniers ?

R : Cette session ordinaire du Conseil national avait pour objectif d’évaluer le processus électoral de l’été 2009 et de tracer la voie pour 2010. Nous avons donc ouvert un grand débat juste après la présentation du rapport du bureau politique par le secrétaire général. Tout le monde à pu dire ce qu’il avait sur le cœur. Nous n’y sommes pas allés de main morte. Toutes les questions ont été évoquées. Il y a eu un certain nombre de recommandations que nous avons essayé de transmettre au secrétariat général du Parti, parmi lesquelles on peut citer l’alliance avec l’USFP. On a ainsi demandé à Monsieur Benkirane de faire le nécessaire de manière à ce que cela ce concrétise, c’est à dire passer à l’acte au lieu de théoriser davantage. (more…)

Tagged with: , ,

USFP : session Omar Bendjelloun, reportage exclusif

Posted in Politique by hichambennani on décembre 20, 2009

La grande pagaille

par Hicham Bennani

Le conseil national du parti de la rose qui s’est tenu les 5 et 6 décembre derniers, a été marqué par la désorganisation du bureau politique, l’indiscipline de certains militants et la langue de bois du premier secrétaire. Récit d’un week-end tumultueux.

«Inssihab, Inssihab! Mene Houkoumate addiaabe ! (Sortez, sortez de ce gouvernement de loups !)», clament d’une seule et même voix une trentaine de militants de la Chabiba Ittihadia, le 5 décembre 2009, devant le portail du complexe Moulay Rachid de la Jeunesse et de l’Enfance de Bouznika, à mi-chemin entre Rabat et Casablanca. Il est 15 heures et 24 minutes. Les jeunes Ittihadis s’apprêtent à participer à la deuxième session du conseil national de l’USFP (Union socialiste des Forces populaires) qui va durer deux jours. L’opinion publique voyait en ce rendez-vous l’occasion pour les bases du parti de faire entendre leurs voix grâce à une remise en question du bureau politique. «Aujourd’hui ou demain, l’opposition est indispensable», poursuivent-ils. Un agent de sécurité les empêche de pénétrer dans le complexe sportif sous prétexte qu’ils ne sont pas tous munis d’un badge du parti. «C’est honteux ! L’Ittihad est en danger !», préviennent les militants. Ils finissent par entrer par la force et poursuivent leur démonstration à l’intérieur de l’enceinte. Ils chantent avec conviction l’hymne ittihadi. Vêtu d’un béret, le jeune Nawfel Belmir mène le bal. Tous se dirigent lentement, en tapant des mains, vers la salle de conférence où 20 membres du bureau politique, ainsi qu’environ 270 membres du conseil national (sur 320) sont en place. Quatre membres du bureau politique brillent par leur absence (lire encadré). L’horloge affiche 15 heures et 40 minutes. Dix minutes plus tard, le conseil national de l’USFP s’ouvre enfin. Fathallah Oualalou, vice-premier secrétaire de l’USFP, est le premier à prendre la parole.

Bienvenue au souk (more…)

Les MINARETS Suisses, vus du Maroc avec Tariq RAMADAN

Posted in Monde, Religion by hichambennani on décembre 12, 2009

La phobie des grandeurs

La France, l’ONU et même le Vatican ont condamné le vote des Suisses qui ont décidé d’interdire la construction de minarets. Plusieurs pays musulmans ont également dénoncé ce choix. Soucieux de ne pas alimenter un faux débat, le gouvernement marocain reste extrêmement prudent.

par Hicham Bennani

«Bush et les néoconservateurs en ont rêvé, la Suisse l’a fait», lance Nadia Yassine, porte-parole du mouvement islamiste Al Adl Wal Ihssane (Justice et spiritualité) pour résumer la nouvelle orientation du peuple suisse. Dimanche 29 novembre, 57,5 % des Helvètes ont voté, par référendum, pour l’interdiction de la construction de nouveaux minarets. Le parti de droite populiste Union démocratique du centre (UDC) et le parti chrétien de droite UDF sont à l’origine de cette proposition surprenante. En effet, la Suisse ne compte que quatre minarets sur son territoire et n’est composée que de 4% de musulmans. Pour convaincre les 53% de votants, l’extrême droite avait mis en place des affiches représentant une femme en burqa devant un drapeau suisse orné de minarets qui ressemblaient à des missiles. Les réactions n’ont pas tardé en France, en Suède, en Allemagne, en Suisse, mais aussi en Indonésie, au Pakistan, en Egypte et en Lybie. Le 30 novembre, le Vatican s’est déclaré «sur la même ligne que les évêques suisses», qui ont indiqué que le vote était «un coup dur porté à la liberté religieuse». L’ONU a également dénoncé cette «discrimination». Un jour après, le ministre turc chargé des Affaires européennes, Egemen Bagis, a encouragé les musulmans à retirer leur argent des banques suisses. Au Maroc, c’est le Conseil des ouléma qui s’est chargé du message à destination des suisses. (more…)

Chakib El Khiyari : LE JUGEMENT DE LA HONTE !

Posted in Justice by hichambennani on décembre 4, 2009

La sentence de trois ans de prison ferme infligée au défenseur des droits de l’homme Chakib El Khiyari  a été confirmée par la Cour d’appel de Casablanca. Un tour de vis supplémentaire de la justice marocaine qui met sur la table la question de la grâce royale.

par Hicham Bennani

«Il faut que le Palais intervienne, car on ne peut plus faire confiance à la justice marocaine», dénonce Amine El Khiyari, frère de Chakib El Khiyari, président de l’association Rif des droits de l’homme. Mardi 24 novembre, la Cour d’appel de Casablanca a confirmé le jugement de première instance de Chakib El Khiyari, poursuivi pour outrage à magistrat et au corps constitué. Résultat : trois ans d’emprisonnement ferme et une amende de 753 930 dirhams.
«Le jugement n’est pas seulement de trois ans. Il est d’une année supplémentaire si jamais El Khiyari  ne paye pas l’amende au Trésor», précise Mounir Benlakhdar, avocat de Chakib El Khiyari. (more…)

Annahj Addimocrati : marxisme à la marocaine

Posted in Politique by hichambennani on décembre 4, 2009

La voix radicale

Abdellah El Harif, Secrétaire national d’Annahj Addimocrati depuis 2004.

Extrême gauche. Le parti marxiste-léniniste Annahj Addimocrati s’apprête à rendre hommage aux martyrs qui ont marqué son histoire. Retour sur un courant politique qui a su faire entendre sa voix, malgré les intimidations des pouvoirs publics.

«Aujourd’hui, le Maroc est victime d’une crise politique très grave, parce que le peuple n’est pas représenté», déplore Abdellah El Harrif, secrétaire national d’Annahj Addimocrati (la Voie Démocratique). Avec tous les membres de son parti, cet ancien militant de l’organisation marxiste Ilal Amam prépare activement «La journée des martyrs» qui aura lieu le 5 décembre prochain. «Nous avons beaucoup de mal à obtenir une salle afin de tenir ce meeting, les autorités nous mettent les bâtons dans les roues, se plaint El Harrif. Au pire des cas, la rencontre n’aura pas lieu dans une salle publique». (more…)

USFP : le grand retour de EL YAZGHI ?

Posted in Politique by hichambennani on décembre 2, 2009

L’USFP dos au mur

Même s’il conserve un poids important du fait de son passé politique, le parti de la rose traverse une dangereuse crise où la question du retour à l’opposition se pose en toile de fond. A la veille du conseil national du parti, un retour en grâce de Mohamed El Yazghi serait-il salutaire ?

par Hicham Bennani

Mohamed El Yazghi, qui n’occupe pas de poste officiel à l’USFP depuis décembre 2007, se retrouve en position idéale, après le retrait de la direction actuelle dans la prise en main de l’évolution du parti. Secrétaire général du parti de la rose de 2005 à 2007, il avait dû démissionner après la remise en cause par ses membres de la participation de l’USFP au gouvernement après l’échec des élections. L’homme garde toujours un œil attentif sur les siens. A quelques semaines du conseil national de l’USFP, le ministre d’Etat sans portefeuille pourrait-il faire son retour en grâce ? P (more…)

Tagged with: , , , ,

Presse marocaine : LA HOGRA !

Posted in Décryptage by hichambennani on novembre 22, 2009

Epée de Damoclès sur la presse

par Hicham Bennani

La justice marocaine n’en finit plus d’affaiblir la presse nationale, trop souvent coupable de titiller la monarchie. Le bilan du mois d’octobre, marqué par des sentences démesurées, fait indéniablement régresser la liberté de la presse au Maroc. L’étude des différents cas démontre que l’attitude des pouvoirs publics envers les journaux dépend de la ligne éditoriale qu’ils adoptent vis-à-vis du régime.

 

La caricature qui dérange

L’affaire Le samedi 26 septembre, jour du mariage de Moulay Ismaïl avec une ressortissante allemande de confession musulmane, Akhbar Al Youm publie une caricature du prince assis sur une aamaria, avec en toile de fond un drapeau du Maroc. Le numéro en question reste en vente dans les kiosques jusqu’au lundi. Le ministère de l’Intérieur décide alors de saisir tous les numéros ainsi que les archives. Les bureaux d’Akhbar Al Youm sont mis sous scellés et interdits d’accès. Taoufiq Bouachrine, directeur de publication du quotidien et Khalid Gueddar, son caricaturiste, sont interrogés sans ménagement par la DST durant deux jours.
La sentence Vendredi 30 octobre, Taoufik Bouachrine et Khalid Gueddar sont condamnés par le tribunal de première instance de Casablanca à trois ans de prison avec sursis et à une amende de trois millions de dirhams à eux deux. Moulay Ismaïl avait déposé une plainte, qui a été maintenue, malgré des excuses de Bouachrine rendues publiques. Poursuivis également par le ministère de l’Intérieur pour «offense au drapeau national», les deux journalistes ont été condamnés par le même tribunal, à l’issue d’un second procès, à un an de prison avec sursis et à une amende conjointe de 100 000 dirhams.
Et maintenant ? (more…)

Pierre Vermeren : «Au Maroc, on fait de la politique fiction»

Posted in Interviews by hichambennani on novembre 22, 2009

Pierre Vermeren,

historien français, spécialiste du Maghreb

Q : Votre ouvrage Le Maroc de Mohammed VI. La transition inachevée vient d’être réédité en France. Comment expliquez-vous son succès ?

R : Il y a beaucoup d’interrogations en France parce que la presse donne un compte-rendu de l’actualité marocaine très aseptisé. La censure du journal Le Monde n’a fait qu’accentuer la demande. Pourtant, le Maroc est un pays qui marche très bien dans l’actualité éditoriale en France, à la fois par intérêt, par amitié et aussi par volonté de comprendre ce qui se passe. Les Français ne sont pas que des touristes potentiels. Une partie de la population française essaye de mesurer la réalité des changements en cours au Maroc. (more…)

Tagged with: ,

Documents de la CIA : Hassan II et Kissinger

Posted in Maroc by hichambennani on novembre 22, 2009

Prémices d’une marche annoncée

Treize jours avant l’annonce de l’annexion du Sahara par Hassan II, le directeur de la CIA avait écrit une lettre à Henry Kissinger, secrétaire d’Etat américain, pour le prévenir des intentions de l’ancien monarque. Un document qui éclaire sur les informations dont disposaient les USA dans cette affaire.

par Hicham Bennani

Henry Kissinger, secrétaire d'Etat américain aux Affaires étrangères, s'entretient avec le roi Hassan II du Maroc en novembre 1973 à Casablanca.

«Si l’armée espagnole reste au Sahara, un grave conflit pourrait éclater», prévient William Colby, directeur de la CIA (Central Intelligence Agency) le 3 octobre 1975, dans un memorandum envoyé à Henry Kissinger, secrétaire d’Etat américain. Le document parle d’un pari risqué du Maroc qui joue à «quitte ou double». Selon Colby, cela pourrait conduire soit à la chute du gouvernement de Rabat, soit à une crise politique du côté de Madrid. Le rôle éventuel que pourrait avoir l’Algérie et la Mauritanie est également signalé. Le rapport laisse à penser que la CIA a poussé l’administration américaine à jouer un rôle de médiateur entre le roi du Maroc et les autorités espagnoles. Le médiateur en question n’était autre que le Directeur-adjoint de la CIA à l’époque : le Général Vernon Walters, un proche de Hassan II. Les documents d’histoire attestent du fait que Walters et le défunt monarque se connaissaient depuis l’enfance. En 1973, lorsque l’OLP avait exécuté deux diplomates américains au Soudan, une rencontre entre les Etats-Unis et l’OLP avait été organisée au palais royal grâce aux liens solides qu’entretenaient Walters et Hassan II. (more…)

Tagged with: , , , ,

L’hégémonisme du PAM

Posted in Politique by hichambennani on novembre 5, 2009

Par Hicham Bennani

L’élection du nouveau président de la chambre des conseillers n’a fait qu’aggraver la mainmise du parti de Fouad Ali El Himma. Devant l’incohérence de la scène politique, les partis les plus lésés s’organisent tant bien que mal pour faire entendre leur voix.

«Jamais ! Jamais ! Jamais !», a lancé Mahmoud Archane à un parlementaire, dans le hall du parlement le 13 octobre dernier. Par ces mots, cet ancien exécutant de Driss Basri, affichait sa détermination à ne pas voter en faveur de Mohamed Cheikh Biadillah, secrétaire général du PAM (Parti Authenticité et Modernité), qui était candidat au poste de président de la Chambre des conseillers. Pourtant, les deux hommes sont loin d’être des ennemis. Ils sont même assez proches, selon plusieurs sources parlementaires. «Ce n’était pas un choix très politique. En fait, on connaissait le bilan de Benkkadour et on savait ce qu’il voulait faire, mais on ne savait pas ce qui allait advenir de la Chambre des conseillers avec ce Biadillah», nous confie Archane. Le 6 octobre précédent, Abdelwahed Darouich, conseiller à la Deuxième chambre, prédisait déjà, dans les colonnes du quotidien arabophone Al Jarida Al Oula, la victoire annoncée du protégé de Fouad Ali El Himma, fondateur du PAM : «L’élection de Biadillah sera l’événement de l’année. (more…)

Tagged with: , , , ,

Familles des victimes de Mawazine : TEMOIGNAGES

Posted in Maroc by hichambennani on octobre 29, 2009

Séquelles d’une tragédie

par Hicham Bennani

«Soyez patient, le dossier suit son cours, cela demande du temps, il est entre les mains du roi, on ne peut donc pas bousculer les choses, Dieu est grand ! Ne faites pas quelque chose qui va vous nuire. Il faut être patient». C’est ce que Abdelkrim Guellab, caïd du 15e arrondissement de Rabat a déclaré aux familles qui ont perdu un de leur proche en mai dernier, pendant un concert du festival Mawâzine. «Nous ne réclamons que nos droits les plus élémentaires !», clament d’une seule et même voix toutes ces familles. Elles sont onze. Onze familles qui attendent depuis des mois un geste de l’Etat. Toutes les victimes, âgées de 9 à 55 ans, sont principalement issues de quartiers populaires de Rabat ou Salé. «Depuis la mort de mon fils, c’est le parcours du combattant pour obtenir des informations sur l’avancement de l’affaire», témoigne Mohamed Naji, dont le fils Zouheir est décédé à Mawâzine à l’âge de 14 ans. En manque d’informations, ce père de famille sans emploi qui a encore six enfants à charge, a réuni toutes les familles des victimes durant le mois d’octobre, afin de constituer un groupe soudé qui puisse obtenir justice. Il a déposé une requête aux autorités mettant en avant les intentions des familles de faire avancer le dossier. (more…)

Tagged with: , ,
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.