Maroc Infos

Mouvement populaire : Prémices d’un éclatement

Posted in Politique by hichambennani on avril 15, 2009

Les fidèles de Mahjoubi Aherdane ne cessent de quitter la Haraka depuis trois ans au profit des hommes de Mohand Laenser. A l’approche des élections municipales, les pratiques du secrétaire général du MP sont vivement critiquées.

Aherdane, président du MP

Les problèmes internes du Mouvement populaire (MP) prennent des tournures dramatiques. La loi sur les partis politiques oblige ceux-ci à créer des instances nationales pour gérer les accréditations. La question que tous les membres de la Haraka se posent aujourd’hui est la suivante : qui va gérer la commission des accréditations régionales pour les municipales du 12 juin ? Lors d’une réunion dans un grand hôtel de la capitale qui se tenait en janvier dernier, Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire, a constaté que les trois dernières années ne lui avaient pas conféré une représentativité suffisante aux niveaux provincial, régional et local pour les élections. Il a donc décidé de désigner des coordinateurs régionaux (pour réunir la commission). Là où le bât blesse, c’est qu’il a choisi une écrasante majorité de fidèles, anciens membres du Mouvement populaire. «Aucune accréditation n’a pour l’instant été donnée par le MP. Toutes les accréditations viendront des comités provinciaux. Il faut bien sûr désigner quelqu’un pour représenter la commission…», se défend tant bien que mal Laenser. «Les gens qui sont dans l’opposition montrent souvent qu’ils appartiennent à un ancien parti. Mais les anciens partis qui composaient le MP n’existent plus. Ils ont été dissous par la loi sur les partis politiques. Ces gens ont été acceptés par le bureau politique», ajoute Essaïd Ameskane, porte-parole du MP. Incroyable mais vrai, c’est en s’inspirant du modèle politique français que Laenser a choisi ses cadres. «Le président Sarkozy a nommé 40 hommes de dossier dans son bureau politique», précise Ameskane qui concède qu’au MP, «certaines personnes ont été oubliées». Voilà pourquoi une vraie zizanie a éclaté au sein du parti. Force est de constater que les fidèles d’Aherdane (Mouvement national populaire : MNP) sont de plus en plus mis sur le banc de touche. Pratiquement tous les anciens MNP ont quitté le MP ou sont marginalisés. Les exemples marquants qui illustrent cette chasse aux sorcières abondent. Fin 2008, Abderrahmane Labdag, ex-membre du bureau de la Chambre des conseillers a rejoint le PAM. Même trajectoire pour les parlementaires Ahmed Idrissi et Mustapha Touma pour ne citer qu’eux. Abdelkébir Berqia, ex-membre du bureau politique a, quant à lui, rallié l’Istiqlal. D’anciens membres parlent de plus de 200 départs entre 2007 et 2009 et d’environ 1 800 entre 2006 et 2007. Soit virés, soit habilement poussés vers la sortie.

«Aherdane htal moute»

«Depuis la fusion des trois composantes du Mouvement populaire (MP), le parti a connu un grand nombre de problèmes internes», admet Essaïd Ameskane. «Cette fusion n’a pas été digérée. Il y a des ambitions et des intérêts personnels. C’est pourquoi, comme à la veille de chaque élection, nous rencontrons des problèmes», se justifie Ameskane.

Le MP s’est affaibli depuis cette fameuse fusion  puisqu’il comptait 70 députés parlementaires, il y a trois ans, contre quarante aujourd’hui. Sur les cinq derniers mois, six députés du groupe parlementaire de la première Chambre et treize conseillers de la deuxième chambre dont trois membres du bureau politique ont quitté le MP. Dernier en date, Omar Demnati, figure emblématique du parti, a présenté sa démission fin mai. Raison de ce départ ? Omar Khafif, un député de Marrakech, avait quitté le MP en déclarant au Parlement qu’“il préférait signer avec les juifs plutôt que de rester avec le MP.” Mais voyant que l’herbe n’était pas plus verte ailleurs, il a demandé à Laenser de revenir, lequel lui a aussitôt ouvert les portes envers et contre tous. «J’aurais au moins souhaité qu’il fasse son mea culpa et qu’on comprenne pourquoi il est revenu», déclare Omar Demnati, militant au MP depuis 1972. «Le MP a été fondé sur la dignité. A partir du moment où ce principe est touché, je n’ai rien à faire dans ce parti», ajoute ce dernier. «Je reste à la disposition d’Aherdane jusqu’à la mort, mais je ne pense pas revenir», conclut Demnati qui était membre du comité central et membre du bureau de la présidence. Réponse de l’accusé : «Conformément à la loi, les parlementaires ne peuvent pas quitter le parti. Il n’y a jamais eu de démission de Omar Khafif. Malheureusement, il y a une imprécision des textes qui permet des passages d’un groupe à un autre pour les parlementaires. Le départ du parti est inexistant sauf si le parti décide d’exclure un député. Khafif a présenté sa démission du groupe parlementaire du RNI et a demandé à revenir au groupe du MP à un président de groupe parlementaire, je ne l’ai rencontré que pour une visite de courtoisie», déclare Laenser. Le pire, c’est que Omar Khafif a de nouveau quitté le groupe MP. «S’il est reparti, c’est à cause de la cabale montée dans la presse par Monsieur Demnati, en dépit des règles du parti», condamne Laenser. En attendant, des bruits de couloir évoquent d’autres départs comme celui de El Hachimi Semouni, membre du bureau de la Chambre des conseillers.

Remaniement ministériel ?

Il y a deux semaines, des bisbilles auraient éclaté entre Laenser et M’hamed El Mourabit, président du réseau des cadres au MP. Ce dernier voulait organiser une caravane des cadres pour la campagne électorale alors que le secrétaire général du parti lui expliquait que cette caravane devait être faite par le MP avec les cadres qui en font partie intégrante. Interpellés sur cette affaire, tous deux ont attesté du fait qu’ils marchaient main dans la main et que dans tout parti, il existe des débats… D’après un membre de la Haraka sous couvert d’anonymat, à la fin du mois dernier, Laenser aurait eu une entrevue avec Abbas El Fassi. Le Premier ministre leur aurait transmis le message suivant : la place naturelle de la Haraka est au sein de la majorité gouvernementale et dans le gouvernement. En d’autres termes : préparez-vous à un remaniement ministériel. L’information est niée en bloc par Laenser et ses hommes. Si remaniement ministériel il y a, Laenser tiendra-t-il compte des trois composantes du MP ou poursuivra-t-il sur la même voie ? L’Istiqlal n’a rien confirmé, mais n’a pas non plus démenti. En mars 2010 aura lieu le 11e congrès national du MP. Laenser tiendra-t-il le coup encore un an ?

Le congrès de la confusion

Le 25 mars 2006 a eu lieu le congrès de fusion du Mouvement populaire visant à regrouper les trois composantes : Mouvement Populaire (MP), Mouvement National Populaire (MNP) et Union Démocratique (UD). 3000 personnes étaient prévues. Il y en a eu 8000 officiellement, 5000 selon des observateurs. C’était le premier congrès d’un parti politique marocain qui se tenait juste après la loi sur les partis politiques adoptée à l’unanimité par le Parlement. Beaucoup de clauses de cette loi n’ont pas été appliquées pour ce congrès alors que le Mouvement populaire faisait partie intégrante de la majorité gouvernementale. Il n’y a pas eu d’élections pour désigner les instances nationales du parti. «Il n’y a pas eu de vote», avoue Essaid Ameskane, porte parole du MP. «Il fallait concilier entre toutes les composantes. Mais comment voulez vous qu’on vote avec 8000 personnes ?», se justifie l’intéressé. Le MNP et l’UD devaient faire partie intégrante du MP, mais la fusion s’est avérée être une confusion. Depuis ce congrès, l’édifice liant les trois composantes du parti tangue de plus en plus dangereusement. Aujourd’hui, à cause de la mainmise des proches de Laenser, la Haraka pourrait s’effondrer.

Hicham Bennani

Le Journal Hebdomadaire, 11 avril 2009

 

 

About these ads
Tagged with: , ,

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. nadori de chez nador said, on avril 16, 2009 at 9:26  

    Prémices d’un éclatement ou nouvel éclatement? Les harakistes nous ont habitués à moult éclatements/rassemblements qu’on a du mal à y voir clair!

    Quand je pense que ce mouvement pourrait et devrait être la première force politique du pays!

    Quel gâchis, mon dieu, quel gachis! Et ce vieux schnock de Ahardane qui ne veut pas passer la main!

    L’histoire le jugera!

  2. Mohamed RIZKI said, on mai 8, 2009 at 6:57  

    Mes cheres ami (es)

    L’appartenance à un pays ne confie en aucun cas à la personne, la qualité de citoyen. Le vrai citoyen est celui qui aime son pays, qui est très attaché à sa nation et qui fait de son mieux pour la développer.
    L’engagement politique, c’est croire à l’efficacité de ses actions locales aussi modestes soient-elles.

    L’engagement politique, c’est avoir la volonté constante de diffuser une idée et un projet, pour infléchir les hésitations en actions et les doutes en convictions.
    L’engagement politique, c’est une croisade permanente; pour convaincre et convaincre toujours.

    La citoyenneté n’a aucun sens si la personne ne manifeste pas des signes de respect, de tolérance et de cœxistence. Tout citoyen doit être au service de son pays et de l’humanité.

    Ruy Blas qui dénonce les abus ! Cyrano de Bergerac qui aime secrètement en agissant dans l’ombre pour le bonheur de Roxane, ou encore Don Quichotte, chevalier exalté de la beauté de l’inutile ! De ces trois modèles lequel choisir comme guide civique ? Les trois à la fois sans doute !

    Il faut savoir être politiquement incorrect pour affronter les dogmes et imposer le bon sens. Il faut aussi le sens du sacrifice et de la discrétion pour œuvrer tous ensemble avec l’obsession de l’objectif final. Il faut enfin savoir donner pour défendre ses idées. C’est ainsi que je vois le credo d’un militant de base.

    On ne doit pas seulement être citoyen pour aller voter, mais être citoyen tout le temps car dans une démocratie la fonction la plus importante, c’est celle de citoyen.
    Dans moins de 2 mois j’aurai une nouvelle et grande bataille à mener : celle des élections communales. L’heure sera alors à la conquête.

    Ce combat sera difficile, j’en ai conscience. Je dois donc mobiliser toute mon énergie au cœur d’une campagne de terrain offensive pour convaincre et acquérir la confiance des électeurs autour d’un projet concret, solide et porteur de valeurs communes.
    « Dieu a crée l’Homme avec deux oreilles et une bouche pour qu’il passe deux fois plus de temps à écouter qu’à parler »

    Écouter, c’est mieux connaître et comprendre leurs difficultés, leurs envies, leurs espoirs et ceux des Marocains et Marocaines. Ce principe d’action est celui qui guide mon travail.

    Mais il n’y a pas de victoire sans combat, ni détermination. Il n’y a pas cinquante manières de combattre, il n’y en a qu’une, c’est d’être vainqueur.
    Nous devons toutes et tous nous mettre en ordre de marche dès aujourd’hui pour que demain, avec une nouvelle gestion communale, nous redonnions espoir aux Marocains.
    Je n’acceptes pas que notre ville donne une image désolante et je refuse que les électeurs soient trompés une seconde fois. Pour avancer, nous devons être rassemblés.
    Seule une relation de proximité solide et véritable entre les citoyens et les élus permettra l’élaboration de politiques qui seront en adéquation avec les problématiques de terrain plutôt qu’avec les ambitions ou la satisfaction personnelle de quelques-uns.
    Nous devons nous affirmer comme acteur capable de répondre aux enjeux économiques et sociaux auxquels nos communes sont confrontées.
    Un autre avenir est possible pour le Maroc. J’ai une pleine et entière confiance en notre capacité de renouveau pour notre commune et ses habitants. C’est la raison pour laquelle, j’ai la volonté de m’investir totalement au service de ma ville et souhaite m’engager et agir pour les élections communales afin de mettre en œuvre des politiques qui auront un effet sur l’avenir.
    C’est donc avec enthousiasme, conviction et détermination que j’ai aujourd’hui l’honneur de vous présenter, Mes cheres ami (es), ma candidature pour les élections communales 2009 de SKOURA
    je souhaite mettre en œuvre cette politique en vue de contribuer à un mieux être des Marocains et Marocaines.
    Ensemble, je suis convaincu que nous avancerons vers le succès, un succès qui nous permettra de porter un projet qui redonne au Maroc toute sa place, toute sa fierté et toute sa grandeur.
    L’objectif de chacun d’entre nous est la préparation de l’avenir dans l’intérêt des générations futures.
    Dans l’attente de construire avec vous le Skoura de demain, je vous prie de croire,Mes cheres ami (es ), en l’expression de ma très haute considération.
    En 2009, un autre avenir est possible , vous pouvez compter sur ma détermination.

    Mohamed RIZKI

    Fidèlement à vous,


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: