Maroc Infos

Petites rencontres entre amis

Posted in Sport by hichambennani on novembre 24, 2007

Les deux matchs de préparation des protégés d’Henri Michel pour la CAN ont tenu toutes leurs promesses. Retour sur une résurrection attendue et enseignements à retenir.


Depuis l’annonce de l’arrivée d’Henri Michel pour tenir les rênes des Lions de l’Atlas, tout le monde s’attendait à un retour au premier plan de l’équipe nationale marocaine. Avec des résultats encourageants contre la France et le Sénégal, elle s’est rassurée sur son état de forme. Les deux rencontres amicales qui se sont tenues dans la région parisienne étaient des matchs de préparation à la Coupe d’Afrique des Nations qui se déroulera au Ghana au mois de janvier. Une occasion pour certains joueurs marocains de surprendre leur entraîneur par une prestation de haut rang. Vendredi 16 novembre, à Saint Denis, dans un stade acquis à sa cause, où la marseillaise a été huée par une partie des supporters, l’équipe du Maroc a fait parler la foudre face aux vice champions du Monde. Même s’ils ont concédé le nul 2-2, les Marocains n’ont pas démérité, affichant un jeu léché avec des passes courtes et un style collectif. Les joueurs d’Henri Michel ont mené les débats de bout en bout et seul leur éternel manque de rigueur défensive les a privés d’une victoire. « Ce match a un caractère particulier» a expliqué le sélectionneur des Lions de l’Atlas dans une déclaration à l’AFP. Et d’ajouter : « D’abord pour le Maroc, en raison des relations privilégiées entre la France et le Maroc, puis pour beaucoup de nos joueurs qui jouent dans le championnat français, surtout pour ceux qui sont nés ici ».

Henri croise Henry

Fidèle à lui-même, Youssouf Hadji, qui n’a plus rien à envier à son frère Mustapha, a montré beaucoup d’engagement dans cette partie. Notamment en provoquant la transformation de Tarik Sektioui, révélation du FC Porto. Michael Bassir, son coéquipier de l’AC Nancy a fait étalage de tout son talent en donnant du pain sur la planche aux joueurs de Raymond Domenech. À noter le coup de maître d’Henri Michel, qui a remplacé Sektioui par Mokhtari en fin de match. L’attaquant de Duisbourg a remis les pendules à l’heure entre les deux équipes d’un plat du pied imparable digne des plus grands attaquants de la Bundesliga. Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que Mokhtari était en lieu et place d’un joueur blessé, le soulier d’or 2006 d’Anderlecht M’barek Boussoufa. Parfois, le hasard fait bien les choses…
Bis repetita pour Mokhtari contre le Sénégal mercredi 21 novembre à Créteil. L’équipe d’Afrique de l’Ouest, emmenée par un certain Henry Kasperzack, a eu toutes les peines du monde à contrer les attaques des Lions de l’Atlas. L’entraîneur franco-polonais des Sénégalais avait déjà dirigé son adversaire du jour dans les années 2000, son bilan s’était soldé par un échec cuisant. L’addition, lourde d’un score de 3 buts à 0 en faveur du Maroc est plus due à l’absence de concentration et d’organisation défensive de l’équipe sénégalaise, qu’au réalisme du onze marocain. À noter également l’absence d’Al Hadji Diouf, pièce maîtresse des Lions sénégalais. « J’en ai marre des tergiversations et de l’amateurisme. J’arrête ! Je mets une croix sur l’équipe nationale… jusqu’à nouvel ordre » a récemment annoncé l’attaquant au tempérament difficile sur les ondes de la radio sénégalaise RFM. Toutefois, l’effectif d’Henri Michel a prouvé au cours de cette confrontation qu’il serait en mesure au Ghana de rééditer sa performance de l’avant-dernière CAN, perdue en finale contre la Tunisie, alors pays organisateur. En témoignent les réalisations de Hicham Aboucherouane et Soufiane Alloudi. Ces deux joueurs issus du cru ont transpercé les filets adverses de fort belle manière.

Les gardiens de but, boucs émissaires

Pour détrôner l’Egypte de sa place de championne d’Afrique, Henri Michel devra, tout en s’appuyant sur son ossature de base et sur ses revenants longtemps oubliés, ne jamais ôter de sa mémoire les vieux démons de l’équipe nationale. En effet, le problème majeur de son imperméabilité ne date pas d’hier. L’insuffisance des Lions de l’Atlas à travers leurs lacunes défensives s’est encore manifestée au cours de ces deux tours de chauffe. Le poste de gardien de but constitue le problème récurent du football marocain à l’échelle internationale depuis une dizaine d’années. Depuis l’époque de Baddou Zaki, qui a désormais sa place dans le panthéon de l’histoire du football, aucun joueur n’a réussi ne serait-ce qu’à défendre honorablement les cages de l’équipe du Maroc. Pour ne citer qu’eux, Benzekri, Fouhami, Lamyaghri sont des noms qui résonnent mal dans les oreilles des amateurs de ballon rond. Ils ont toujours fait figure de boucs émissaires et ont coûté cher à leur équipe lors de rencontres décisives. Au cours de la confrontation de vendredi au Stade de France, Lamyaghri, alors que le Maroc menait au score, effectue une bourde monumentale : il loupe son dégagement et envoie directement le ballon dans les pieds d’un tricolore. La sentence est brutale. Et même si Tarik El Jarmouni, portier titulaire contre le Sénégal, a conservé sa cage inviolée pendant 90 minutes, il n’a pas non plus convaincu.
Pourquoi, même un gardien, en la personne de Baddou Zaki, qui est entré dans la légende des Coupes du Monde, n’a pas été capable de trouver un successeur convenable au moment où il était sélectionneur ? Pour certains, il s’agit d’une pure malédiction qui dure depuis une dizaine d’années. Pour d’autres, cela est dû d’une part à l’absence de formations spécifiques pour les gardiens de but au Maroc et d’autre part, au manque d’intérêt porté par la fédération marocaine et par les entraîneurs à un tel poste. À Henri Michel de trouver la solution à ce problème, véritable épée de Damoclès qui menace à tout moment son équipe.

Hicham Bennani

Le Journal Hebdomadaire, novembre 2007

Publicités
Tagged with:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :