Maroc Infos

Portrait : Yasmina Baddou

Posted in Politique by hichambennani on janvier 26, 2008

Désirs d’avenir istiqlaliens

par Hicham Bennani

Fraîchement désignée à la tête du ministère de la Santé, Yasmina Baddou hérite d’une institution malade. Comment en est-elle arrivée là et de quelle manière gère- t-elle son nouveau statut ?

Nous sommes le lundi 21 janvier. Une centaine d’infirmiers et d’infirmières manifestent devant le ministère de la Santé à Rabat. Arrive alors Yasmina Baddou. La nouvelle ministre de la Santé a du mal à se frayer un chemin pour pénétrer dans son fief. Elle évite le plus possible la foule avec laquelle elle s’est déjà entretenue maintes fois, sans pour autant éviter ce sit-in qui perdure depuis 20 jours. Cette istiqlalienne de sang n’en est pas à ses premiers obstacles. Fille de Abderrahmane Baddou, ancien membre du comité exécutif du Parti de l’Istiqlal, ex-ambassadeur et ancien secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères sous l’ère Boucetta, elle a toujours baigné dans la politique. Yasmina Baddou a décroché son baccalauréat à Marseille au lycée Mongrand et s’est ensuite lancée par choix dans des études de droit à l’université Mohammed V de Rabat. Sa carrière juridique débute en 1990. Avocate au barreau de Casablanca, elle ne tarde pas à se faire remarquer et à travailler avec de gros calibres comme l’actuel patron de la RAM, Driss Benhima. « J’appartiens toujours à la famille de la justice. Après avoir terminé ma mission, il est certain que je reviendrai au barreau parce que c’est mon métier » indique aujourd’hui l’épouse de Ali Fassi Fihri, directeur général de l’ONEP. Parallèlement, l’Organisation de la femme istiqlalienne a toujours constitué son cheval de bataille. Dès l’âge de 25 ans, elle fait son entrée en politique et milite aux côtés de Latifa Bennani Smires (première femme à avoir été élue au Parlement en 1993). La protégée du clan «fassi» poursuit un chemin, en apparence tranquille, qui la conduira, à travers de nombreuses activités, à devenir secrétaire de section à Anfa. Cette mère de trois filles explique qu’elle a toujours eu la profonde conviction que c’était à travers l’action politique que l’on pouvait agir. (more…)

Publicités
Tagged with: ,

MAROC-JORDANIE

Posted in Maroc by hichambennani on janvier 15, 2008

Pacte avec les Hachémites

La première visite officielle au Maroc du Roi Abdallah de Jordanie depuis son intronisation en 1999 s’est achevée mardi 15 janvier. Que retenir de cette rencontre entre les deux pays ?

Durant trois jours à Marrakech, le Roi Abdallah II, accompagné de la Reine Rania, a été reçu par le souverain Mohammed VI et son épouse Lalla Salma, ainsi que par les membres de la famille royale. Au terme de ce voyage, les deux chefs d’Etats ont largement mis en avant leur « parfaite convergence de vue » sur les éternels grands dossiers que sont les territoires palestiniens, la question du Sahara, la situation au Liban, l’Irak et les pays africains en difficulté. Le renforcement des échanges commerciaux entre les deux « peuples frères » selon les propos de Abdallah II, aura constitué le fait marquant de cette visite. « Les deux pays sont signataires de l’accord d’Agadir, un accord de libre-échange signé en 2004 et entré en vigueur en mars 2007 » a indiqué Amer Al Hadidi, ministre jordanien de l’Industrie et du Commerce. Les relations économiques entretenues par le Maroc et la Jordanie n’avaient donc besoin que d’une impulsion pour s’élancer. C’est désormais chose faite. Trois accords de coopération ont été signés. De gigantesques projets de développement vont voir le jour. Des investissements d’un montant global de 15,3 milliards de Dirhams vont se réaliser dans les deux royaumes. Le partenariat entre la Caisse marocaine de dépôt et de gestion (CDG) et la Société jordanienne Mawared va permettre la transformation des anciens camps militaires jordaniens de Zarka en un centre commercial et urbain. Ce sera sans doute « le plus grand projet de l’histoire de la Jordanie » n’a pas hésité à avancer Mustapha Bakkoury, Directeur Général de la CDG. (more…)

Objectif CAN

Posted in Sport by hichambennani on janvier 12, 2008

À la conquête du Graal

par Hicham Bennani

À quelques jours de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui aura lieu au Ghana, les dès sont désormais jetés. Quelles sont les clés de la réussite du Maroc pour cette compétition ?

Henri Michel a dévoilé une liste de 23 joueurs qui défendront les couleurs du Maroc lors de la plus prestigieuse des compétitions africaines le 20 janvier. Avant ce rendez-vous, deux rencontres amicales se tiendront en terre marocaine les 12 et 16 janvier contre la Zambie et l’Angola. Ce dernier tour de chauffe sera l’occasion pour les joueurs de régler leurs automatismes et de huiler au mieux la machine Maroc.
Depuis l’arrivée du sélectionneur en septembre dernier, quatre matchs amicaux ont été disputés. Le Maroc s’est mesuré au Ghana (défaite 2-0), à la Namibie (victoire 2-0), à la France (2-2) et au Sénégal (victoire 3-0). Quatre petits duels qui ont vu la sélection nationale monter petit à petit en puissance. Depuis la CAN 2004, perdue en finale contre la Tunisie, alors pays organisateur, l’équipe du Maroc n’a plus convaincu. Pire, elle n’a séduit à aucun moment, jusqu’à ses deux dernières apparitions. Sous la houlette de Baddou Zaki, les Lions de l’Atlas avaient effectué un parcours quasi sans fautes en 2004. Au cours de l’ultime rencontre de la CAN, une erreur du dernier rempart Fouhami, allait plonger le football national dans un marasme de quatre longues années (cf encadré). Henri Michel, qui avait reçu la nationalité marocaine du défunt souverain Hassan II, a aujourd’hui toutes les cartes en main. « Il y a 23 joueurs. A eux de se battre pour faire partie des sélectionnés. La Fédération n’intervient pas dans mes choix. Le choix définitif m’appartient, c’est moi qui prend les responsabilités et quand c’est la merde, c’est moi qui prend tout ! » déclarait Henri Michel mercredi 9 janvier à l’occasion d’une conférence de presse à Fès. L’ex-entraîneur demi-finaliste de la coupe du monde 1986 avec la France a mené la Côte d’Ivoire en finale de la dernière CAN, ne s’inclinant que lors de l’épreuve des tirs aux buts. Avec le Maroc, il avait pourtant démissionné suite à un « lynchage médiatique » provoqué par une élimination prématurée lors de la CAN 2000. Les Marocains ne lui en tiendront pas rigueur très longtemps. La coupe du Monde 1998 restera gravée dans les esprits. Son sacre en coupe de la CAF (2003) et son titre national avec le RAJA (2004) scelleront définitivement son destin. Reste que le meilleur résultat d’Henri Michel en coupe d’Afrique avec le Royaume chérifien est une place en demi-finale…

Un espoir de renouveau

(more…)

Tagged with: ,

Nouzha Skalli, Ministre du Développement social, de la famille et de la solidarité

Posted in Interviews by hichambennani on janvier 1, 2008

« Au Maroc, il y a une tendance au scepticisme qui fait qu’on tire sur tout ce qui bouge »

Propos recueillis par Hicham Bennani en janvier 2008

Éternelle militante pour les droits de la femme, Nouzha Skalli fait partie des sept femmes nommées au gouvernement El Fassi. Elle revient sur l’étendue de son rôle, ses positions et ses déterminations.

Vous avez toujours été une militante, votre nomination représente-t-elle un aboutissement ?

Nouzha Skalli – Oui c’est un aboutissement. Il est vrai que je suis passée par toutes les «classes» de la politique depuis plus de 30 ans. Rien n’a été très facile, je me suis présentée 7 fois aux élections avant d’être élue municipale et 10 fois avant d’être élue parlementaire.

Comment vous sentez-vous dans votre nouveau poste de ministre ?

N.S. – Je sens que j’ai une immense et lourde responsabilité. Gérer une maison ce n’est pas évident. Gérer un quartier c’est beaucoup plus difficile. Gérer une ville c’est énorme. Gérer un pays entier c’est gigantesque. Ce sont des mécanismes dans lesquels on n’agit pas tout seul. Dire que l’on va travailler et qu’on aura des résultats assurés ce n’est pas évident. Il faut agir sur une dynamique. Cependant, je suis optimiste car lorsqu’on fait bien les choses, il y a beaucoup de chances d’obtenir un résultat positif. (more…)

Tagged with: