Maroc Infos

SIDA

Posted in Maroc, Religion by hichambennani on février 14, 2008

La prévention sous le signe de l’Islam

Depuis le début de l’année, de plus en plus d’imams mettent leur influence au service de la prévention contre le sida. Un phénomène qui bouleverse les anciennes idées reçues.

Plus de 20 000 séropositifs au Maroc. C’est le chiffre avancé par le ministère de la Santé. Le 1er décembre, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, des ONG comme l’OPALS (Organisation panafricaine de lutte contre le sida) ont mis l’accent sur les dangers de la maladie. Initiée par l’ ALCS (Association de lutte contre le sida), une marche symbolique a eu lieu à Casablanca ce même jour. Une centaine de personnes ont scandé des messages de sensibilisation. Dialogue, prévention, action communautaire, prise en charge médicale et psychologique, campagne à travers les médias…, le Maroc semble, en apparence, s’être débarrassé des tabous qui le hantaient et qui constituaient un frein à l’évolution des mentalités. Pourtant, le pays reste profondément ancré dans la tradition et les croyances ancestrales. Tandis que les pratiques et les représentations religieuses prennent de plus en plus d’ampleur dans la société marocaine, les maladies sexuellement transmissibles et le sexe en général sont de moins en moins tabous. Pourquoi une telle contradiction ?
Au lieu de considérer la drogue, les malaies liées au sexe et autres interdits comme des malédictions divines, le discours des hommes de religion a changé ces dernières années. Cela a permis aux acteurs de la lutte contre l’épidémie de mieux tenir compte des dimensions communautaires, culturelles et spirituelles des personnes malades. C’est dans ce sens que la Ligue marocaine de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles (LMLMST) a mené une campagne de sensibilisation depuis 2004 en partenariat avec le ministère des Affaires islamiques.

Opération «Imam face au Sida» (more…)

Tagged with:

Affaire Ben Barka

Posted in Livres by hichambennani on février 13, 2008

Le mythe reste en marche

Le livre d’un journaliste israélien accuse Ahmed Dlimi d’avoir assassiné de ses propres mains Mehdi Ben Barka et éclaire sur le passé sulfureux entre le Maroc et Israël.

Shmouel Seguev a ajouté une nouvelle pièce à l’interminable puzzle du dossier Ben Barka. Son ouvrage intitulé « Le lien marocain » qui vient de paraître aux éditions Matar, révèle que l’icône de la gauche aurait été assassinée par le Directeur général de la sûreté nationale de l’époque, Ahmed Dlimi. Pour rappel, l’homme a été acquitté par la justice française et a trouvé la mort dans des conditions mystérieuses. Le livre, publié en hébreu et préfacé par Ephraïm Halévy, ancien chef du Mossad, (service d’espionnage israélien), apporte également des éléments nouveaux concernant les liens obscurs qu’entretenaient le Maroc et Israël.
Au cours d’une interview accordée à l’AFP, Shmouel Seguev a retracé les péripéties de Ben Barka à partir du 29 octobre 1965, date de sa disparition. En voici les grandes lignes. (more…)

Tagged with:

Mohammed Kacimi

Posted in Culture by hichambennani on février 12, 2008

Un patrimoine marocain à l’abandon

par Hicham Bennani

Depuis la mort de Mohammed Kacimi, rien n’a été fait pour conserver et entretenir son oeuvre, malgré les tentatives de ses amis. Les problèmes d’héritage gèlent toujours l’épineux dossier.

En août 2003, Mohammed Kacimi fait part de sa volonté de créer une fondation. Il souhaite faire de son lieu de résidence le siège d’une association où poètes, peintres, musiciens et artistes en général pourraient se rencontrer. Cet espace de vie inclurait aussi des ateliers d’animation artistique pour les jeunes. Trois mois plus tard, le peintre disparaissait sans avoir eu suffisamment de temps pour réaliser son projet. Se réunit alors un petit noyau d’amis de l’artiste fermement déterminés à exhausser son voeu. Il s’agit de l’écrivain Edmond Amran El Maleh, du peintre Miloud Labied, du peintre Fouad Bellamine, de l’écrivaine Marie Redonnet et de l’intellectuel Bernard Prince. Le poète Abdellatif Laâbi, le romancier Abdelkébir Khatibi, l’architecte Abderahim Sijilmassi, le poète Mohamed Bennis ou encore le psychanalyste Jalil Bennani, pour ne citer qu’eux, rallieront très rapidement ces hommes clés. Le 2 décembre 2003, ils parviennent à réunir une centaine de personnes lors d’une première réunion qui se tient dans la demeure de Mohammed Kacimi dans le quartier des « Vieux marocains » à Témara (plage de El Harhoura), à l’invitation de Batoul, fille de Kacimi. Et puis, plus rien. Ni association, ni fondation ne verront le jour. Pire encore, les œuvres du peintre dépérissent depuis 4 ans. Les petites rencontres entre amis qui se sont tenues pendant cette période n’ont rien changé. Elles n’ont fait qu’alimenter le désespoir. Comment expliquer ce statut quo ? Pourquoi un peintre de l’envergure de Kacimi reconnu mondialement et pleuré par les plus grands ne bénéficie-t-il pas d’un traitement particulier au Maroc ? (more…)

Tagged with: ,

Peintre marocain

Posted in Culture by hichambennani on février 10, 2008

L’éruption Hassani

Après deux ans sans avoir présenté ses œuvres au grand public, le peintre se lance dans une exposition inédite le 23 février. Nouveau tournant pour l’artiste ou simple manifestation ?

Jusqu’au 18 mars prochain, les tableaux de Saâd Hassani seront exposés à la Galerie Tindouf de Marrakech. Une initiative de Boubker Temli, ami de longue date du peintre. « Cela fait très longtemps que je harcèle Boubker qui est mieux placé que quiconque pour me faire une expo » explique Hassani. Et d’ajouter : « J’ai trouvé que c’était assez généreux et flatteur. » La galerie Tindouf qui vient d’être inaugurée par une exposition collective, accueille à cette occasion le premier vernissage personnel d’un peintre. Agé de 60 ans, l’artiste travaille lentement, il n’expose que tous les deux, trois ans et reste convaincu que chaque événement de cet acabit peut constituer un renouveau. Le créateur qui a puisé sa force dans la mémoire de son père, disparu depuis 30 ans, va donc se concocter une deuxième jeunesse. C’est en tout cas l’avis de ses amis les plus proches. Le réalisateur Abdelhaï Laraki assiste à ses expositions avec assiduité depuis une vingtaine d’années et le soutient dans ses périodes de création. « Il travaille surtout dans le stress, ses meilleures créations sont celles qui ne sont pas réfléchies…Il peut rester quatre mois sans rien faire » raconte Abdelhaï Laraki en ajoutant que plus le peintre est affaibli, plus il surprend : « quand les choses commencent à sortir c’est un véritable volcan !» (more…)

Tagged with: , ,

Mahjoubi Aherdane, Président du Mouvement Populaire

Posted in Interviews by hichambennani on février 3, 2008

Interview

Propos recueillis par Hicham Bennani en février 2008 (texte inédit)

« Si le club de El Himma est capable de nous bouffer, qu’il le fasse ! »

photo Alexandre Dupeyron

Dans l’intimité de son atelier d’artiste, le dinosaure du Mouvement Populaire (MP) s’exprime en toute sincérité en respectant ses adversaires.

«Nous n’avons pas acquis l’indépendance pour perdre la liberté ». Pouvez-vous commenter cette phrase tirée du livre Aherdane ou la passion de la liberté de Moha Khettouch ?

C’est la phrase sur laquelle s’est construit le MP. La liberté se gagne, elle ne se donne pas. Le fils du berger a les mêmes droits que le fils du ministre. Le Maroc est un chantier. Arrivés à l’indépendance, nous avons voulu exercer un pouvoir que nous n’avions même pas compris. Il faut maintenant donner à chacun ce qu’il mérite. C’est la mission des hommes politiques. S’ils ne sont pas au service du pays, il y a exploitation. Nous voulons que cette exploitation cesse.

Quel est l’état actuel du MP ?

Actuellement nous sommes dans une phase d’union et de réorganisation. Nous avons vaincu nos réticences et nos divisions. On s’organise car il faut être dans les règles. Le MP doit reprendre son ancien essor. Certains ont absolument voulu nous faire passer pour des gens du Maghzen afin de diminuer notre importance. Nous sommes dans l’opposition et ce n’est pas nouveau. J’ai toujours été pratiquement dans l’opposition en défendant des idées qui n’étaient pas acceptées. (more…)

Tagged with: