Maroc Infos

Vagues à l’âme

Posted in Sport by hichambennani on juin 21, 2008

Pipeline à Tahiti

Une équipe de tournage marocaine s’est rendue à Tahiti pour filmer les meilleurs surfeurs de la planète et les plus belles vagues du monde. Carnet de bord de passionnés au service d’un sport peu médiatisé.

Youssef Zerad et Andy Irons

Youssef Zerrad et Andy Irons

Au fil du temps, contre vents et marées, l’émission Max Adrenaline s’est faite un nom auprès du monde fermé du surf. Les professionnels, l’Association des Surfeurs Professionnels, la presse spécialisée, les grandes marques comme le leader mondial Quiksilver, tous louent le compétences de Yassine Lahrichi, Younes Lahrichi et Youssef Zerrad, fondateurs de ce programme. Ils ont couvert l’étape tahitienne du championnat du monde WCT qui regroupe les 44 meilleurs surfeurs de la planète et les confronte aux « plus belles vagues du monde » selon Rabbit Bartholomew, légende vivante du surf, président de l’Association des surfeurs professionnels et ami intime des trois compères. « Le voyage nous a coûté beaucoup d’argent, mais nous sommes des passionnés» précise Youssef Zerrad. Ce dernier raconte son aventure dans un carnet de bord. En voici des extraits :

Jour 1 : Départ de Casablanca le 3 Mai 2008. Escale a Paris, Los Angeles et arrivée a Papeete après 25 heure de vol.

Jour 3 : Nous sommes accueillis par des colliers de fleurs et un groupe tahitien joue du « youkoulele » en guise de bienvenue. Le chauffeur Alain nous emmène a Tahiti et plus exactement à Teahupoo, réputée pour abriter une vague légendaire.

Jour 4 : Première rencontre avec le staff Quiksilver. Teahupoo nous montre un visage très séduisant avec des vagues de tailles moyennes ne dépassant pas les 1m50.

Jour 5 : Cérémonie d’ouverture de la compétition avec la présence de ministres et président de la Polynésie Française. Le show est lancé : danse tahitienne, jongleurs de feu, la foule est en liesse, l’occasion de rigoler avec de nombreux amis surfeurs pros comme Tajj Burrow, Andy Irons, Fred Pattachia et Luke Steadman. Et puis les « ould bled » débarquent. Eux c’est les surfeurs pros et autres amoureux du Maroc : Sancho, Mikky Picon, Narbe, Dazz, Jeremy flores, Tiago Pires, Arritz.

Jour 6 : Levé à 4 h du matin pour assister au plus beau lever de soleil au monde, un spectacle incroyable, une profusion de couleur, heureusement que les moustiques nous piquaient, histoire de nous rappeler que ce n’était pas un rêve. Nous faisons connaissance avec les talents locaux comme Heiari Wiliams et Kevin Bourez le jeune frère de Michel que nous interviewons.

Jour 7 : Pas de vagues. Résultat : une autre soirée de rêve, les pros étaient la, des danseuses au coucher de soleil, des cracheurs de feu, un groupe de musique, des fous rire,  bref une soirée extraordinaire.

Jour 8 : Toujours pas de vagues. On en profite pour prendre des images d’ambiances et pour montrer des vidéos tournées au Maroc à nos amis pros. On prend réellement au sérieux notre rôle de « public relation» pour promouvoir le Maroc auprès de cette élite du surf et jusque la ça marche plutôt bien, images à l’appui.

Jour 9 :
Réveil a 6 h du mat. La compétition commence dans une heure. Arrivés au spot (endroit où l’on surfe), on voit la foule. Bateaux, pneumatiques, pirogues, planches de surf, scooter de sécurités et « life garde » patrouillent sans arrêt pour surveiller les dangers des vagues. Sur le « scaffholding » (tour des juges), l’animateur annonce les « séries » et lance la compétition sur des vagues de 2m. Les « life gardes » nous laissent filmer de près. Le grand Kelly Slater nous aperçoit : « hey youssef salam ou Alaikoum ». Il demande au « driver » de le déposer sur notre bateau et nous raconte son super début de saison sous le regard jaloux des autres caméras du monde.

Jour 10 : Mikky Picon,  natif du Maroc élimine le double vainqueur de l’épreuve, l’Américain Bobby Martinez. « Yallah Mikky, yallah »  criait le clan des marocains avec George Riou, père du rider Quiksilver Alain Riou, lui aussi originaire du Maroc. Une super ambiance. On se serait cru au stade Mohammed V !

Jour 11 : Cérémonie de clôture. Nous passons les 3 derniers jours chez notre ami Hira Terinatoofa champion du monde junior il y a quelques années qui est un des surfeurs les plus doués de sa génération. Merci à Younes Alami, Salim Cheikh et Faycal Laraichi qui nous ont fait confiance pour propulser notre émission.

Hicham Bennani

Le Journal Hebdo, Juin 2008

Advertisements
Tagged with:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :