Maroc Infos

THAILANDE MANIA

Posted in Monde by hichambennani on octobre 31, 2008

En tête des destinations de vacances, la Thaïlande s’est positionnée sur le créneau des voyages organisés. Gros plan sur un phénomène.

 

Par Hicham Bennani

 

Aéroport de Bangkok. Température extérieure 30 degrés. Taux d’humidité 80%. Hamza, jeune cadre bancaire, découvre enfin le contenu du pack « Paradis Thaïlandais ». L’offre est alléchante. Pour  11 000 dirhams TTC, son agence de voyage basée à Casablanca lui a vendu : billet d’avion, 10 jours au soleil, hôtel 5 étoiles en demi-pension, excursions, vols internes et transports sur place. Qu’on se le dise, la destination « Thaï » est à la mode. D’après l’ambassade de Thaïlande à Rabat, les délivrances de visas ont augmenté de 30 % entre 2005 et 2008, pour atteindre la barre des 3000 (visas) accordés à des Marocains. En dix ans, la formule Thaïlande s’est taillée une place de choix dans les agences de voyages. « La Thaïlande et l’Egypte ont chacune attiré 300 personnes dans notre agence devant la Turquie avec 150 personnes », indique le Directeur d’une agence qui a pignon sur rue à Casablanca. Même son de cloche chez cet autre voyagiste : « La Thaïlande est une valeur sûre, l’offre est diversifiée. Dans notre clientèle on trouve de tout, des jeune couples en quête d’une lune de miel de rêve, certains offrent le séjour en cadeau, et de plus en plus d’entreprises veulent y organiser leurs séminaires de team building ».

 

The place to be

Le tourisme se porte bien au royaume de Siam. Ni  la pneumonie atypique, ni la grippe aviaire ni  le tsunami, ni  la crise politique n’ont eu raison de la destination. La preuve en chiffres : la Thaïlande a accueilli près de 15 millions de touristes en 2007, et la tendance est à la hausse. «J’ai toujours été fasciné par l’Asie ! J’en avais un peu marre de la Costa Del Sol, je voulais une destination exotique qui fasse rêver, faire des découvertes insolites et originales » explique Hicham, jeune designer. « Je voulais passer ma lune de miel en Italie mais ma femme n’a pas pu obtenir de visa. C’est contraint que je me suis rabattu sur la Thaïlande », commente Youssef jeune Marakchi fraichement marié. De fait, les services consulaires thaïs ne sont pas aussi regardants que leurs homologues européens. Billets d’avions, passeport, dernier relevé bancaire, carte d’identité nationale, 2 photos d’identité sont les seules pièces réclamées par les services de l’ambassade. Ajoutez à cela 500 dirhams (le plus souvent compris dans le prix du séjour) de frais de visas et l’affaire est pliée. Même pas besoin de se déplacer, l’agence s’occupe de toutes les démarches administratives. « Près de 70% des demandes sont déposées par les agences de voyage qui s’occupent des formalités», nous déclare-t-on du côté de l’ambassade.

Retour a Bangkok. Après 15 heures de vol, ponctuées d’une escale à Dubaï, « le rêve et l’évasion »  tant vantés par les dépliants touristiques, deviennent réalité. D’emblée, l’aéroport flambant neuf annonce la couleur : « J’ai été vraiment bluffé par les tapis roulants à perte de vue, les  terminaux et magasins à n’en plus finir et sur plusieurs niveaux. Notre aéroport fait pâle figure devant ce déploiement de technologie et de modernité », nous lance Yassine, cadre dans l’industrie pharmaceutique, qui a décidé de voyager seul dans le royaume. Passeports tamponnés et bagages en main, direction l’hôtel. En chemin, les idées reçues volent en éclat. La capitale, avec ses 12 millions d’habitants, offre le visage d’une grande mégalopole asiatique : dynamique et ultra moderne. Les gratte-ciels pullulent, la ville possède un impressionnant périphérique routier sur plusieurs niveaux ainsi que 6 lignes de  métro aérien et 9 autres lignes souterraines. Pour se remettre des longues heures de vol et du décalage horaire (+ 8heures), les touristes « échouent » souvent dans des 5 étoiles haut standing pour un repos mérité. « J’étais dans un cinq étoiles d’une chaîne hôtelière américaine au bord de la rivière, je me suis rué vers le spa grand luxe de l’hôtel pour me détendre et me  faire bichonner par un personnel tout sourire aux petits soins», raconte Nadia, jeune institutrice qui s’est offert un voyage organisé cet été. Côté gastronomie, la cuisine Thaï est aussi bon marché que variée et surprenante pour le palais marocain. « Pour une dizaine de dirham, on peut manger à satiété, nous lance ce voyageur. Leurs crevettes font la taille de nos crevettes royales. Leur cuisine est très riche en saveurs. Attention quand même au piment qui arrache ». Pour les moins téméraires, il reste le Mac Donald, dont le prix moyen du menu tourne autour de 25 dirhams.

 

«Change sex for 1600 dollars»

Les quelques jours sur place ne suffisent pas à faire le tour des milliers de temples bouddhistes et autres monuments de la capitale spirituelle du pays. Pour se déplacer, le sky train et le métro restent le moyen le plus pratique, et le plus économique. Pour quelques 20 dirhams, les touristes peuvent acquérir un  passe de transport valable toute une journée. Autre moyen de locomotion, le tuc-tuc, pratique pour les petits trajets. Les chauffeurs de ce tricycle typiquement thaï, pouvant accueillir jusqu’à 3 passagers guettent les touristes aux abords des hôtels. « Certes c’est bon marché mais il faut avoir le cœur bien accroché » nous lance Nadia. Voitures et deux roues se débattent  dans une  circulation chaotique, tandis que les policiers présents en masse (aussi du fait de l’instabilité politique du pays) tentent tant bien que mal, de faire régner l’ordre. « Juste un détail, en Thaïlande, on roule à gauche, à plusieurs reprises, j’ai manqué  de me faire écraser », poursuit Nadia. Yassine, jeune designer a quant à lui eu droit à une autre surprise. « Un chauffeur de tuc tuc m’a présenté un catalogue de fille », raconte-t-il. « Pour 3000 baths (500 dirhams), je me suis offert un massage, une séance de jacuzzi, et un petit « plus » maison », raconte-t-il, malicieux. En Thaïlande, le tourisme sexuel n’est pas un mythe…  Des médecins locaux font le bonheur des transsexuels. «Change sex for 1600 dollars», peut-on lire sur les panneaux de réclame publicitaire. Youssef, pharmacien officiant à Rabat a eu affaire aux médecins thaïlandais, des dentistes pour sa part. « Je me suis fait soigner les dents, poser des couronnes, et fait un blanchiment, pour deux fois moins cher qu’au Maroc ». Mieux encore, la Thaïlande propose même des séjours (médicaux-touristiques) express défiant toute concurrence.

Les marchés à tous les coins de rues offrent autant d’occasions de faire de bonnes affaires. Sur les étals des magasins, produit artisanaux et contrefaçons en tous genres se côtoient. « Ma belle mère voulait absolument que je lui ramène un sari thaïlandais. Ça coute trois fois moins cher qu’au Maroc, explique ce jeune webdesigner rbati. Je me suis même fait confectionner un manteau en cachemire premier choix. Du  sur- mesure  pour 900 dirhams seulement ». Les vendeurs, très entreprenants, proposent l’attirail du parfait touriste (sacs de plages, tongs etc.) à des prix dérisoires… à condition de bien marchander. « Il suffit de connaître quelques rudiments d’anglais pour communiquer en Thaïlande. Les techniques de ventes et autres ficelles apprises à la médina de Marrakech sont bien utiles», nous explique ce touriste, qui ajoute : « Les marchands sont très entreprenants, ils vous lancent des Sawadi krap (Bonjour, en thaïlandais dans le texte), et vous font signe de rentrer dans leur boutique ». A Bangkok, les enseignes lumineuses qui tapissent les murs des immeubles sont là pour rappeler que la mégalopole est une capitale asiatique. Pour les amateurs de produits High Tech, les malls gigantesques ne manquent pas. Les prix y sont très compétitifs, « et puis quand on fait marcher la détaxe, on peut vraiment se faire plaisir », lance ce touriste marocain.  Bangkok, c’est aussi le point de départ des touristes en direction d’îles de l’océan indien qui font rêver les Marocains. Parmi les stations balnéaires qui s’offrent aux « farang » (étrangers), (Kanchanaburi, et sa célèbre rivière Kwai, ou encore, Kraibi et ses kilomètres de baies de sable blanc), l’île de Phuket reste la plus célèbre. Elle est réputée pour avoir accueilli des tournages de films (The beach, L’homme au pistolet d’or), mais aussi pour le Tsunami qui l’a dévasté fin 2004. C’est généralement la dernière étape proposée par les tours opérateur, avant l’enregistrement du vol régulier à destination de Casablanca. Bon vol.

 

La Thaïlande… et les autres

 

D’après des chiffres communiqués par de grosses agences de voyages casablancaises, les trois destinations les plus demandés pour les séjours organisés sont l’Egypte, suivie de très près par la Thaïlande et dans une moindre mesure la Turquie. Ces trois pays offrent le meilleur rapport qualité prix aux touristes. Le prix du voyage pour des longs courriers comme le Brésil ou le Mexique reste plus cher que la Thaïlande. Ceci s’explique par les prix pratiqués par les compagnies aériennes arabes qui assurent des fréquences permanentes entre le Maroc et les pays du Golfe (Dubaï, Doha et Abou Dhabi font office d’escales via Bangkok). Si la Thaïlande reste moins chère que les autres pays d’Asie, cela est du aux prestations sur place qui restent moins chères (services, hôtel). Un Pack « spécial Thaïlande » est toujours plus aguicheur qu’un autre pour la France car même si le prix est équivalent, le touriste ne pourra jamais bénéficier du même luxe. Et même si les formules pour l’Espagne sont moins chères, le pouvoir d’achat européen n’est évidemment pas celui de l’Asie.

 

Article paru dans TELQUEL numéro 344

Advertisements
Tagged with: ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :