Maroc Infos

Les habitants de Melilia n’ont pas besoin de visite royale !

Posted in Maroc by hichambennani on novembre 20, 2008

Chakib El Khyari, président de l’Association Rif des Droits Humains, dresse le bilan des intempéries qui ont frappé la région de Nador et revient sur les incidents qui ont eu lieu à la frontière avec Melilia.

Les inondations ont fait au moins 23 morts dans la région de Nador, en plus des dégâts matériels. Le bilan commence-t-il à être plus précis ?

Difficilement. Beaucoup de corps n’ont pas été retrouvés et l’évaluation des dégâts matériels est toujours en cours. Les autorités n’ont pas les moyens nécessaires pour aller dans les zones les plus affectées. Il n’y a pas d’hélicoptères pour s’y rendre ou de tracteurs assez performants pour déblayer certaines routes qui sont toujours dans un état lamentable. La plupart des ponts ont quand même été reconstruits.

 

Les aides d’urgence promises par les autorités ont-elles été acheminées ?

Sous les ordres du gouverneur de Nador, la fondation Mohammed V a apporté des aides. Mais tout a été distribué dans les régions les plus connues, sans doute pour que les médias couvrent l’opération. Je pense sincèrement que les autorités se moquent d’apporter de l’aide aux douars les plus touchés, où les gens attendent toujours d’être relogés.

 

Comment se déroule la collaboration sur le terrain entre les autorités et le monde associatif ?

Au début, les autorités s’appuyaient sur nous. Au moment où on craignait le pire, nous recevions régulièrement des coups de fil d’officiels incapables de savoir ce qui se passait. Aujourd’hui, nous acheminons de la nourriture et des habits aux victimes, mais on veut se passer de nous. Nous avons été les premiers à nous réunir en Comité de soutien aux sinistrés. Les autorités ont répliqué en créant un Comité dit de secours aux sinistrés. En fait, les officiels ne veulent pas travailler avec nous, c’est aussi simple que ça !

 

Melilia est à 13 kilomètres de Nador, elle a aussi été touchée par les intempéries. Comment les autorités espagnoles ont-elles géré la situation ?

En 24 heures, leur problème était réglé. Tout un dispositif a été déployé et les infrastructures étaient bien en place. D’ailleurs, la presse espagnole ne s’est pas attardée sur les fortes pluies qui ont frappé l’enclave. Et les habitants de Melilia ont été les premiers à venir en aide aux sinistrés de la région de Nador.

 

Suite aux intempéries, la frontière grillagée entre Nador et Melilia a été endommagée et, le week end dernier, environ 200 subsahariens ont tenté de la franchir illégalement. Le phénomène est-il nouveau ?

Avant, les subsahariens se cachaient dans les forêts et tentaient de passer par des postes frontières peu surveillés la nuit. Ils attendaient deux ou trois mois puis tentaient le coup sur une durée de trois jours. Depuis le 23 juin 2008, ils passent carrément par Bab Melilia, l’entrée principale. Le phénomène s’est bien évidemment accentué avec les intempéries de ces dernières semaines.

 

Comment les autorités marocaines et espagnoles font-elles face aux assauts des migrants en situation irrégulière?

Les forces de l’ordre marocaines sont peu nombreuses et pas suffisamment équipées pour les stopper. Imaginez 200 personnes qui tentent de rentrer en force face à 10 malheureux policiers. En plus, les migrants n’ont vraiment rien à perdre. Logiquement, les Marocains se contentent de laisser les Espagnols se charger de ces assauts. C’est donc la Guardia civil qui stoppe les migrants à chaque fois.

 

Les Espagnols tiennent-ils le Maroc pour responsable de ces tentatives de passage ?

L’Espagne renvoie la balle au Maroc, qui la renvoie à l’Algérie et ainsi de suite. Personne ne veut prendre ses responsabilités. Depuis 2005, il y a eu plus de 17 morts à la frontière de Melilia. Les ONG n’ont même plus le droit d’accéder aux hôpitaux à Nador. Il est donc difficile de connaître la vérité. Les autorités se contentent de relâcher les subsahariens à Oujda, non loin des frontières algériennes. Seule solution : un travail de fond avec l’Union européenne pour aider les populations venues d’Afrique.

 

La visite, l’année dernière, de Juan Carlos à Sebta et Melilia a-t-elle changé quelque chose ?

Melila s’améliore de jour en jour sur tous les plans et ce n’est pas forcément grâce à Juan Carlos. Contrairement à nous, les habitants de Melilia n’ont pas besoin de visite royale pour que leur quotidien s’améliore !

Propos recueillis par Hicham Bennani

Article paru dans TelQuel, numéro 347

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :