Maroc Infos

Cartes biométriques-cartes à puce-Maroc

Posted in Maroc by hichambennani on janvier 26, 2009

Cartes sur table

Mis à part les cartes bancaires, trois types de cartes à puce électronique existent aujourd’hui sur le marché marocain : la carte nationale, le permis de conduire et la carte grise. Gros plan.

Près de 1 700 000 Marocains ont adopté la CNIE, comprendre la Carte nationale d’identité électronique, mise en circulation depuis avril 2008. Avec son petit format, plus pratique, elle permet de d’être dispensé de l’extrait d’acte de naissance, du certificat de résidence, de vie et de nationalité. La particularité de cette carte réside dans l’intégration des empreintes digitales et d’information d’identité comme éléments biométriques, qui doivent permettre aux agents d’identifier les personnes à l’aide d’un appareil de décodage des données. Seul hic : « Nous attendons beaucoup plus de cartes soient produites avant d’acheter les machines de reconnaissance adéquates », explique un responsable à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). « Ces cartes sont difficilement falsifiables », précise cette source. Mais la Sûreté nationale a encore du pain sur la planche, puisqu’à long terme, 23 millions de personnes devront posséder cette carte au 1er janvier 2012. Pour cela, la DGSN doit maintenir une cadence de 5 millions de cartes délivrées par an.

Pour obtenir cette fameuse carte, 20 centres spécialisés, éparpillés un peu partout sur le territoire, « enregistre les données identitaires », 37 sont en cours d’aménagements et d’ici trois ans, 110 devraient voir le jour d’après la DGSN. Car, ces centres semblent débordés.

Ceux qui ont fait la démarche pour obtenir la CNIE, normalement délivrée au bout d’une semaine, ont parfois attendu longtemps, voire même très longtemps, avant de glisser la petite carte dans leur portefeuille. « Nous avons lancé des campagnes de sensibilisation pour que les Marocains renouvellent leur carte en temps voulu. Au début, seulement trois, quatre personnes venaient chaque jour dans les centres, ensuite tous les gens sont apparus d’un seul coup et nous avons logiquement été débordés », justifie l’employé d’un de ces centres. Et de poursuivre : « Dans certains cas, pour les personnes âgés par exemple, nous ne prenons pas d’empreintes digitales, car elles ne sont plus numérisables. Nous nous référons aux anciens documents, ce qui prend plus de temps ».

Un permis à points

Moins nombreuses, les deux autres cartes à puces ont elles aussi accusé des retards de livraison. « La confection des cartes prend 7 jours, mais cela peut durer une semaine de plus en fonction du temps de traitement du dossier au niveau des centres », nous apprend Abdelfattah Chahli, directeur des systèmes d’information au ministère des transports. Depuis août 2007, 275 000 permis de conduire et 209 000 cartes grises ont été délivrées, pour environ 20 millions de véhicules et 6 millions de permis de conduire dans le royaume. « Une fois que le nouveau code de la route sera mis en place (dans 2 ans environ selon un responsable), ces nouvelles cartes deviendront obligatoires. A partir de ce moment, il faudra 4 ans pour renouveler les 8 millions de cartes grises et permis », indique-t-il. Et d’ajouter : « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec la DGSN pour que les cartes répondent aux mêmes normes de sécurité » Mais, contrairement à la CNIE, la carte grise et le permis n’ont rien de biométrique car ils ne comportent pas d’empreintes digitales. « Seule une puce se trouve à l’intérieur et permet de nombreuses fonctionnalités comme l’instauration du permis à point prochainement », explique Abdelfattah Chahli. Pour ceux qui seraient tentés d’avoir un permis tout nouveau tout beau (pour la coquette somme de 400 dirhams), une agence est actuellement dédiée à l’opération à Rabat, et une autre devrait ouvrir à Casablanca. Autre nouvelle pièce d’identité censée renforcer la sécurité, mais cette fois sur le plan international, le passeport biométrique devrait voir le jour « au cours de l’année 2009 », selon un responsable du ministère de l’Intérieur. D’après un décret du ministère de l’Intérieur relatif à la question, « des données et mentions visibles à l’œil ainsi que d’autres transcrites dans une zone de lecture optique lisible par des machines appropriées ». On attend de voir.

Législation

La loi est la loi

Contrairement aux bruits de couloir, les données figurant sur la CNIE, qui sont entre les mains de la DGSN, sont soumis à la loi sur la protection des données personnelles, approuvée par le Parlement le 30 décembre dernier. Même chose pour les informations relatives au permis et à la carte grise. Le texte, qui vise à protéger « toute information, de quelque nature qu’elle soit et indépendamment de son support, y compris le son et l’image, concernant une personne physique identifiée ou identifiable ». indique que la loi ne s’applique pas aux données à caractère personnel recueillies et traitées dans l’intérêt de la défense nationale, de la sécurité intérieure ou extérieure de l’Etat. Pourtant, « la CNIE ne comporte aucune information sur la vie et le passé des gens. Nous ne sommes pas en Union Soviétique ! », se défend un membre de la DGSN.

Hicham Bennani

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :