Maroc Infos

Joseph Tual

Posted in Interviews by hichambennani on mars 3, 2009

Interview : Joseph Tual, journaliste et grand reporter à France 3

dsc_22401Comment as-tu connu le Maroc ? D’ou est né ton intérêt pour ce pays ?

C’était au début des années 80, avec des amis, nous sommes partis en voiture en passant par Algésiras, Ceuta, Tanger jusqu’a Agadir, un très bon et beau souvenir. Mais à la frontière nous étions avec le flot des immigrés marocains qui revenaient au pays pour les vacances, mon premier contact avec les sécuritaires et leur corruption! Les marocains étaient traités comme des chiens, un billet habilement glissé dans le passeport pouvait faire toute la différence. Heureusement, les paysages étaient magnifiques et les marocains merveilleux. Leur accueil plus que chaleureux m’a définitivement conquis, j’avais 20 ans !

Qu’as tu réalisé en particulier sur le Maroc ?

Beaucoup de reportages sur les droits de l’homme, les cas connus et d’autres moins, Abraham Serfathy, Moumen Diouri, les frères Bouréquat, le bagne de Tazmamart, Ahmed Marzouki et bien sûr l’affaire Ben Barka, les prisons secrètes, le PF3.

Qu’est ce qui t’as le plus marqué ?

Lors de mon premier séjour, je fus très étonné par la présence du portrait d’Hassan II partout, y compris chez les gens, dans leur foyer. J’ai donc posé la question, pourquoi? On me répondit en me chuchotant à l’oreille, que d’avoir le portrait évitait beaucoup d’ennuis avec la police, tout était dit !!!

Que penses-tu de la liberté de la presse aujourd’hui au Maroc ?

Il y a eu un moment, une véritable liberté de ton dans la presse écrite, notamment en 99 et 2000, 2001 et puis les sécuritaires ont sifflé la fin de cette liberté !

L’interdiction du journal-hebdo, Demain, l’emprisonnement d’Ali Lmrabet et d’autres, les multiples procès en diffamation dont sont victimes les journaux, avec à la clef des condamnations dignes des états les plus totalitaires, cette répressions doit consciemment ou non, influencer la façon de faire son métier de journaliste au Maroc et par conséquent nuire à la qualité et à liberté d’informer. Moi-même je n’ai pu retourner au Maroc depuis mon reportage sur Tazmamart, toute demande d’autorisation de tournage reste curieusement sans réponse.

A quand mon reportage sur le PF3 et Tazmamart à la RTM ou 2M ?

Que penses-tu de l’évolution du pays de manière générale, depuis que tu le connais ?

En 99 quand Hassan II est mort, j’ai été très triste. Je savais que des milliers de marocains en étaient très heureux silencieusement au fond de leur cœur. Le Maroc n’est pas revenu sur le passé de ce roi qui a été soutenu par le pouvoir français. Avec Mohamed VI j’ai eu, comme tout le monde, un espoir, notamment à la création de l’IER, mais cela n’a abouti sur rien de concret, aucune mise en cause directe des sécuritaires, aucun procès, seul résultat un troc immonde, de l’argent contre le silence et aucune poursuite judiciaire contre les tortionnaires. Bref un placébo pour les consciences. C’est aussi pour cela entre autre que je suis si déterminé à résoudre l’affaire Ben Barka .Une manière de rendre justice à toutes les victimes anonymes des années de plomb, c’est aussi pour ça que le pouvoir actuel fait tout pour détruire l’instruction du juge Patrick Ramael,les sécuritaires n’ont en effet pas la maîtrise du dossier et en ont donc peur.

Peux-tu situer la situation politique actuelle du pays, par rapport à d’autres pays arabes ?

L’affichage démocratique que donne le régime marocain vu de France, crée plutôt une bonne image du pays, surtout si on le compare à d’autres nations arabes. Mais si on gratte un peu le plan communication, on constate que le roi concentre tous les pouvoirs, et ce quelque soit le résultat des élections. Les élections ne serve sommes toute qu’a grossir les rands du makhzen.

Que faudrait-il pour que le pays se porte mieux ?

Je ne connais pas Mohamed VI, je ne veux pas lui faire un procès d’intention. Succéder à Hassan II n’ai pas à vrai dire une chose simple, n’y facile. J’aurai en qualité de journaliste de nombreuses questions à lui poser.

Malheureusement, je crains qu’une interview me soi refusée, mais je suis candidat si l’envie lui prend. La question fondamentale est, Mohamed VI veut il d’une authentique démocratie dans son pays ? Je crois que le problème de base est qu’il n’y est plus d’ alternative ou même une classe politique crédible pour exercer le pouvoir au Maroc. Hassan II les à tous tuées ou corrompue, c’est d’ailleurs dans ce vide politique que les « Islamistes » ont pu prospérer. Il faut que Mohamed VI reconstruise et accepte une classe politique indépendante de la monarchie, et glisse ainsi vers une monarchie constitutionnelle, comme en Espagne par exemple. Mais pour rendre cela possible, il faut un signe très fort de sa part.

Comment définir le Maroc, aujourd’hui, en quelques mots seulement ?

En un mot un seul : Mektoub

Propos recueillis par Hicham Bennani

Publicités
Tagged with:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :