Maroc Infos

EXPLOSION A CASABLANCA

Posted in Maroc by hichambennani on avril 3, 2009
La voiture la plus proche de l'explosion, juste en face de la salle de jeu.

La voiture la plus proche de l'explosion, juste en face de la salle de jeu.

 4 heures en enfer

Par Hicham Bennani

La banlieue de Casablanca a été victime d’une explosion dans la matinée du mercredi 11 mars 2009. Il y aurait eu un mort et six blessés. Voici le film des événements, photos exclusives à l’appui.

p1000224

photos Hicham Bennani

8h00 : Le calme avant la tempête

Sbata. Quartier populaire en périphérie de Casablanca faisant partie de la préfecture de Ben M’Sik. Personne n’a travaillé la veille, Aïd El Mouloude oblige. Aujourd’hui, la plupart des habitants ont pris un jour de congé supplémentaire. Tout est calme. Certains dorment encore, d’autres se préparent pour se rendre au souk. Non loin de la ferraille aux voitures, le lieu regorge de jeunes chômeurs désœuvrés. Cet endroit est devenu au fil du temps, une ville dans la ville qui accueille des Marocains venus des quatre coins du pays.

p10002178h15 : Le drame

Au 56 boulevard Al Joulane, un tonnerre tonitruant éclate soudainement. Il s’agit d’une explosion qui provient du sous sol d’une salle de jeux. Le bruit se fait entendre dans tout le quartier. Les habitants croient alors à un tremblement de terre. Des morceaux de corps humain sont projetés un peu partout dans les hauteurs, à plus de 50 mètres de distance. Une voiture stationnée devant le lieu est brusquement renversée et détruite. L’intensité est telle que les véhicules situés de l’autre coté de la voie sont également endommagées : leurs vitres volent en éclat. Les secousses se font ressentir à 1000 mètres à la ronde. A droite de la salle de jeu, une banque, fort heureusement vide, est frappée de plein fouet. A gauche, une droguerie ouverte est totalement bouleversée. A coté, un café, où quelques badauds sirotent leur café, est également touché : les vitres se brisent et plusieurs personnes sont blessées. Tout le voisinage est remué par la secousse qui pourrait être évaluée à une magnitude de 4,5 sur l’échelle de Richter.

8h45 : La panique

p1000219« Allah ou Akbar ! », « Au secours… » Hommes, femmes et enfants sortent dans la rue et hurlent de peur, envahis par un nuage grisâtre digne des fumées hallucinogènes. La foule devient de plus en nombreuse et les cris de désespoir abondent dans l’avenue. En face de la salle de jeu, devant la Mosquée du quartier, une vieille dame en bourqa pleure : « C’est un kamikaze qui s’est fait sauter, nous ne voulons pas de ces choses là dans notre pays ! ». Mais « que s’est-il vraiment passé ? », se questionnent les gens.


 

9h : Enfin, les secours

Les autoritésPompiers, forces auxiliaires, militaires, policiers, services de renseignement, journalistes, chiens policiers…toute l’armada de rigueur après un attentat terroriste surgit avec les véhicules qui vont avec (ambulances, remorques, fourgon, estafettes et voitures de police). Une barrière de sécurité est très rapidement mise en place afin de quadriller le secteur et de faire un état des lieux. Les fragments de chaire humaine sont ramassés dans un sachet noir. Le propriétaire de la salle de jeux, victime de brulures très profondes, est rapidement évacué sur une civière.

 


10h : Le bilan

C’est « probablement une fuite de gaz » qui serait à l’origine de cette explosion, d’après un policier présent

p1000214

sur les lieux. Selon les autorités locales, le patron de la salle de jeux, âgé d’une soixantaine d’année, allait utiliser une bonbonne de gaz pour chauffer du thé. Une aberration, si l’on tient compte de la version des autochtones : « L’explosion a été trop forte pour que ce soit une simple bonbonne. En plus, le feu ne s’est pas propagé », déclare la famille habitant au dessus du lieudit. D’après des habitants du quartier, cet homme avait un atelier de soudure clandestin dans son sous-sol. Ce qui aurait provoqué, par accident, cette explosion. Tout le monde s’accorde tout de même à dire qu’il y a eu un mort et six blessés graves. « J’habite ici depuis 1989 et il n’y a jamais eu le moindre incident », s’étonne pour sa part le voisin du quatrième étage. « Nous connaissons bien le proprio, c’est un gars honnête », attestent certains. D’autres se livrent aux caméras : « Il y a de tout dans ce quartier : des gens bien comme des voyous. Cette explosion à côté d’une banque n’est pas un hasard » !

 

Vers 12h, on fait tout disparaitre...

Vers 12h, on fait tout disparaitre...

12h : Circulez, y’a rien à voir

Un haut gradé, visiblement très remonté intervient violemment et stoppe l’interview : « Casse-toi sale menteur ! Arrête de diffamer. Il dit des choses qui n’existent pas ». Même réaction un peu plus loin, où plusieurs jeunes sont cognés par la police après des propos tenus devant la presse. Les derniers curieux sont maintenant priés de « reprendre une activité normale », alors que les activités commerciales n’ont pas cessé dans Ben M’Sik. Et la banque ? Ses employés y sont retournés pour récupérer « tout ce qui a de la valeur », comme la caisse de la semaine estimée à 600 000 dirhams…

Le Journal Hebdomadaire, numéro 387

 


Publicités
Tagged with: , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :