Maroc Infos

Tramway de Rabat : la vérité

Posted in Maroc by hichambennani on juin 19, 2009

Qu’est ce qui se trame à Rabat ?

Les travaux du tramway prennent de plus en plus d’ampleur dans la capitale. Gros plan sur un ambitieux chantier qui ralentit toute une ville.

par Hicham Bennani

Dans les opérations de lifting il existe une phase déplaisante. Rabat ne déroge pas à la règle. Les premiers coups de pioche pour la réalisation du tramway ont eu lieu le 23 décembre 2007. Dix-huit mois après, habitants, commerçants et surtout automobilistes subissent quotidiennement des bouleversements inhabituels dans une ville pourtant réputée pour son calme et sa fluidité. «Pour un trajet qui prend normalement un quart d’heure, on peut mettre jusqu’à une heure et demie pendant les heures de pointe», constate Ahmad Ouchibou, secrétaire général du syndicat des employés du transport urbain de Rabat. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, les horaires d’autobus ne sont pas respectés. Dans certaines zones comme l’avenue de France, la moitié de la voierie a été condamnée pour le passage du tram, au détriment des automobilistes qui ne disposent plus que d’une allée très étroite pour circuler. Loubna Boutaleb, directrice du projet de tramway, explique que l’installation des rails par l’avenue en question se justifie parce que «c’est l’axe principal de l’Agdal qui est un quartier commercial important.» Elle souligne également que «cette avenue permet aussi d’aller vers les universités» et qu’il y avait déjà des congestions sur cet axe à cause des autobus. Le regard de Yassir Aziz, architecte urbaniste, est complémentaire : «La rentabilité du projet à également été pensée. On ne peut pas faire passer le tramway uniquement par les grands axes. Il faut faire venir le tramway aux citoyens et non pas le contraire», indique ce dernier, qui a collaboré avec l’agence du Bouregreg, en charge de ce projet qui s’élève à quatre milliards de dirhams. Et de trancher : «J’estime que le tracé du tramway est tout de même bien étudié. Il y a deux ou trois petits tronçons noirs qui auraient peut-être mérité d’être étudiés un peu plus dans le fond». Dans le cas où une voiture tombe en panne dans une allée à sens unique (chose qui est déjà arrivée et qui a provoqué des embouteillages), quelle est l’issue possible ? «Si la municipalité met les moyens nécessaires pour pallier ce genre d’incidents on va se retrouver dans les problèmes banals d’une mégapole comme celle de Paris», rassure Yassir Aziz. «Il existe de petites voies dans le Marais qui ne font passer qu’une seule voiture et on n’a jamais évoqué de problèmes de panne. Il ne faut pas dramatiser les faits».

Automobilistes pénalisés
Toute comparaison faite, le tramway n’est pas un moyen de locomotion anodin. En reliant Salé à Rabat, il bouleverse complètement la stratégie du transport public. Initiative royale mise en place par un groupe de réflexion présidé par le conseiller du roi Meziane Belfkih en 2002, le tram est censé réorganiser l’ensemble des autres modes de transport. Les responsables du projet ne le cachent pas, il pénalise les automobilistes. Et ce n’est que le début. «Des parkings seront mis en place pour que les gens puissent stationner leurs voitures et poursuivre leur trajet en tram», précise Loubna Boutaleb. Mais est-il possible de changer la mentalité d’un Rbati au point de le faire agir comme un Parisien ? «Nous ne sommes pas allés jusqu’à créer des zones piétonnes fermées aux voitures comme en Europe», estime cette porte-parole. Selon elle, le tramway est avant tout destiné aux citoyens qui empruntent les transports publics : «Les études que nous avons faites montrent que le transport public est en perte de notoriété, ce qui est compréhensible, compte tenu de l’état actuel du parc». D’où le coût de ce nouveau transport qui sera abordable pour tous : «Le ticket coûtera moins de dix dirhams. Il faut raisonner en déplacements : une personne qui vient de Salé ne prend pas un seul bus. Le coût du déplacement sera équivalent à ce qu’il paye actuellement en bus, mais dans de meilleures conditions». Là où le bât blesse, c’est que pour atteindre un tel coût, le tramway sera subventionné par l’Etat. «Les tickets de bus ne sont pas subventionnés par l’Etat. Cette nouvelle donne est injuste et c’est le citoyen qui va subir», prévient Ahmad
Ouchibou. Puisque le schéma du tram est calqué sur les tronçons d’autobus, axes les plus porteurs, ces derniers ne vont-ils pas être désertés ? «Ce sont surtout les gens qui prennent le taxi qui emprunteront le tram. La fréquentation des autobus ne sera pas affectée», pense cette même source. D’autant plus que soixante pour cent des déplacements à Rabat et Salé se font à pied, cinq cent mille personnes font l’aller-retour entre les deux villes tous les jours, et 1,5 million est parfois concentré dans la journée à Rabat.

Un projet prématuré ?
Toutes ces informations n’auraient pas été suffisamment diffusées par l’Agence du Bouregreg auprés des Rbatis et Slaouis. Le problème majeur du tramway de Rabat est avant tout le manque d’informations dont disposent les habitants.
Un grand panneau qui a fait son temps, des dépliants distribués tous les trois mois et quelques flyers… c’est tout ce dont disposent les badauds pour savoir ce qui se trame exactement derrière les grillages des travaux. Slalomant dans un vaste chantier poussiéreux, les véhicules ne savent plus à quel saint se vouer le long du tracé. Les critiques fusent de partout. La faute aux responsables qui n’anticipent pas les changements ? Lorsque du jour au lendemain une nouvelle déviation apparaît et que des routes sont bloquées, cela ne peut que provoquer la colère des conducteurs. A noter que c’est Salé qui a le plus souffert de ces changements inopinés. «Il est vrai que nous recevons des coups de fil de gens qui veulent s’informer», admet Nadia Jebrou, chargée de communication du projet, «nous allons mettre en place une nouvelle politique de communication : une campagne radio et des kiosques info-chantier où une personne répondra aux questions des riverains.» Dernier événement en date qui a fait couler beaucoup d’encre, sans pour autant obtenir de réponse : le 22 mai dernier, vers 11h, une explosion a eu lieu place Al Mansour, un lieu très fréquenté entre le centre-ville et l’Agdal.  Les dégâts ? Un homme brûlé, des femmes criant au désespoir et des voitures endommagées. Plus de peur que de mal. Pour l’urbaniste Yassir Aziz, cet incident est à relativiser. «D’un point de vue citoyen, cela aurait dû être évité. Mais en mettant les choses dans leur contexte, il est difficile de faire passer un tramway alors qu’il y a un flux de piétons et de circulation à respecter». Il atteste que le projet n’a pas été développé de façon anarchique : «Les projets comme le tramway du boulevard des maréchaux à Paris ou Euromed de Marseille ont été faits exactement selon les mêmes normes». Pour les principaux concernés, il est quasi-impossible de connaitre tous les réseaux sous-terrains de Rabat. «Même la REDAL ne maîtrise pas ses réseaux historiques. On découvre une canalisation, la REDAL nous dit qu’elle n’est pas sous service et on découvre quelle est sous pression», explique Nadia Jebrou.
Autre désagrément : les voitures se retrouvent souvent dans une espèce de voie tertiaire complètement truffée de trous qui ne sont pas toujours comblés. «C’est juste la phase travaux. Après, je suis certain qu’il n’y aura aucun problème dans des endroits comme l’avenue de France. Je dirais même que ce sera l’avenue la mieux gérée. Le tram va changer la culture du conducteur», avance Yassir Aziz. Mais les ouvriers qui s’activent tous les jours sur le chantier ne sont pas prêts de remballer leur matériel. Il reste environ un an et demi de travaux. Les premiers passagers seront accueillis début 2011.

Le journal Hebdomadaire, juin 2009

Advertisements
Tagged with: ,

9 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. politis said, on juin 20, 2009 at 6:44

    Un réseau de tramway ne se pose pose comme une fleur sur une ville …Cela se passe de la sorte dans toutes les villes du monde .

    Sauf que chez nous, les râleurs sont nombreux ….

  2. reaction said, on juin 20, 2009 at 7:48

    @politis je dirais que c toi le râleur, contre tes concitoyens !
    se passe de la sorte dans toutes les villes, je crois pas! au moins pas dans celles qui respectent ces habitants.
    combien de commerçant souffrent le martyr, ou ont du mettre la clé sous la porte,(j’en connais personnellement) et ceux qui résistent
    ne reçoivent aucune sorte d’aide ou d’indemnisation…
    sans parler du cauchemar de la circulation pour les usagers des routes

  3. hichambennani said, on juin 21, 2009 at 3:54

    Même si le résultat transforme la capitale en une ville clinquante neuve aux allures futuristes, ce projet qui aura tout de même couté quatre milliards de dirhams, est prématuré. Comme tous les investissements faramineux du royaume, l’idée du tramway brûle toutes les étapes d’un pays qui ne peut en aucun cas se comparer aux mégapoles. Le schéma directeur de circulation de Rabat est obsolète, il date d’une dizaine d’année. La zone de Rabat-Salé manque encore cruellement d’une police efficace (alors que le tram relie les quartiers populaires au centre ville), d’hôpitaux, d’établissements scolaires et de logements….

  4. Mounir said, on juin 27, 2009 at 3:08

    Je ne suis pas d’accord sur cette hiérarchisation de priorités ( hopitaux, écoles puis, .. ), car, en matière de transport urbain, il y a aussi l’aspect de la gestion de l’espace de la ville.

  5. hichambennani said, on juin 27, 2009 at 5:42

    mais penses tu réellement que le tram soit une priorité ???? rabat aurait mérité un effort en matiere d’autobus…

  6. kine said, on août 17, 2009 at 11:11

    je suis vraiment ravi de ce projet, malgré les perturbations citées, on ne peux pas continuer à vivre dans le désordre de la capitale il faut que ça avance . que pensez vous du projet du metro alger , ou le metro de caire…….. avancez avec Mohamed 6 ou restez à l’écart.

  7. Authentique said, on mars 19, 2010 at 5:16

    Je suis pour la suppression des epaves de taxi qui gene beaucoup la circulation, yen a marre des 240D qui jouent a « need for speed » pour gagner quelque Dh en plus !!
    sinon pour le tram jpense qu’on aurai du faire plus d’effort au niveau de l’infra des deux villes (Salé-Rabat), pour les pietons comme pour les usagers des routes c’est vraiement malheureu de voir ça en 2010 :s
    Hchouuuumaaaaaaaaaaaaaa 😦

  8. Rachid said, on décembre 28, 2010 at 12:21

    C’est une catastrophe pour les commerçants !!
    Mon oncle a presque tout perdu, son commerce est pratiquement mort !!!
    la circulation est quasiment à l’arrêt, on met plus d’une heure et là je suis encore gentille pour atteindre l’école de mes enfants !!
    Le gouvernement veut absolument mettre un tramway dans une ville qui n’avait pas besoin de ça !!! Alors que des gens souffrent, pas de logements, pas de travailles, monter du chômage alarmant, l’Etat gaspille 400 millions d’euros à faire un tram à Rabat !!!

    Pourquoi ? pour faire beau ???? il n’y avait pas de problème de circulation d’automobile chez nous !!!!!

  9. el azmani said, on avril 8, 2011 at 10:51

    je suis d’accord maiis il va y avoir les trames a rabat c’est tout!!!!!! et a tanger c’est belle ville non???????????????


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :