Maroc Infos

Bouderbala : «Zaki n’est pas une solution pour l’équipe nationale»

Posted in Sport by hichambennani on octobre 2, 2009

Interview : Aziz Bouderbala, ancienne légende des Lions de l’Atlas

Après le résultat des Lions de l’Atlas contre le Togo (1-1), quelles sont les chances du Maroc de se qualifier en coupe du Monde ?
Ce n’est pas impossible sur le papier. Mais lorsqu’on regarde l’équipe nationale jouer, cela semble vraiment impensable. Contre le Togo, nous avons été incapables de battre une équipe quasi-inexistante. Nos joueurs évoluent pourtant dans de grands clubs en Europe. Il aurait fallu un exploit individuel pour gagner.

Est-ce une bonne chose que quasiment toute l’équipe soit constituée de joueurs évoluant à l’étranger ?
Le problème n’est pas là. Je pense que les gens qui gèrent le sport au Maroc ne savent pas ce qu’ils veulent…

Vous parlez de qui ?
Je parle des dirigeants, de ceux qui gèrent le football. Il y a des membres fédéraux, des décideurs… L’idée de faire évoluer des joueurs nationaux imaginée par Blinda a déjà été expérimentée l’année dernière. Résultat : un vrai fiasco. Le Maroc a été éliminé par de faibles équipes comme la Libye. Tout le monde a commencé par dire qu’il fallait prendre les professionnels qui jouent à l’étranger. Maintenant qu’il n’y a pas de résultat, on dit qu’il faut ramener les nationaux. C’est donc un faux problème.

Que faut-il faire pour que l’équipe se porte mieux ?
Au Maroc, nous avons de vrais talents. Nous devons avoir une politique sportive et footballistique, une vision sur trois, quatre ans à partir de laquelle tout le monde sera d’accord. Ce que nous faisons depuis des années en adoptant des stratégies différentes à chaque fois nous a mené là où nous sommes.

Quel est l’état du football marocain ?
Le football marocain est malade. Pour le guérir, il faut des antibiotiques. Mais quelqu’un qui est malade doit respecter son traitement, il ne doit pas arrêter de se soigner lorsqu’il ne souffre plus. Tout le monde fait ce qu’il veut dans le football marocain !

C’est-à dire ?
Dans le championnat national par exemple, il y a une majorité d’entraîneurs qui exercent sans avoir signé leur contrat avec leur club. Ces entraîneurs pensent partir ailleurs parfois. Ils devraient absolument signer avant le début de la Botola. C’est vraiment «el foda» !

Que pensez-vous du choix de la fédération d’avoir désigné quatre entraineurs marocains pour l’équipe nationale ?
Tout le monde a été surpris de voir quatre entraineurs désignés. D’autant plus que ces quatre entraîneurs exercent déjà dans des clubs. Il aurait fallu faire confiance à l’un d’eux. Moumen ou un autre, peu importe. Les quatre entraîneurs peuvent avoir des stratégies différentes et cela peut engendrer d’autres problèmes.  D’ailleurs, Hassan Moumen et Abdelghani Naciri se sont disputés après le match contre le Togo.

Baddou Zaki devrait-il prendre les rênes de l’équipe après les deux matchs restants ?
A mon avis, il est bien là où il est et il souhaite que les gens le laissent tranquille. Il a beaucoup donné pour l’équipe nationale. Le problème n’est ni Zaki, ni Fakhir, ni un autre.

Vous n’êtes donc pas en faveur du retour de Baddou Zaki ?
Sincèrement non. J’ai soutenu Zaki lorsqu’il a été écarté de l’équipe nationale et j’ai tout fait pour qu’il revienne la deuxième fois. Je pense que Zaki n’est pas la solution, tout simplement. Même si la fédération regroupait les 40 meilleurs entraîneurs du pays, ce ne serait pas la solution.

A qui pensez-vous pour entrainer les Lions de l’Atlas ?
Il faut que les responsables clarifient les choses et expliquent leur vision. Ils doivent établir des règlements et les faire respecter. Les grands clubs devraient avoir des centres de formation, les stades doivent être réaménagés. Il faut également changer les mentalités de tous les acteurs du football. Je tire mon chapeau aux joueurs de football qui ont joué ces cinq dernières années. Ils ont traversé une période très difficile et ne sont pas responsables des résultats.

Est-ce que le fait de nommer un président qui n’a pas d’historique dans le football est une bonne chose pour la fédération ?
En Europe, les personnes qui occupent ce type de poste n’ont pas spécialement besoin d’être des passionnés de football, elles jouent un rôle de gestionnaire et n’interviennent pas dans tout ce qui est technique. Le problème est que cela ne fonctionne pas de cette manière au Maroc. Je soutiens Fassi Fihri, mais il doit mettre à ses cotés des gens qui comprennent le football. Il l’a fait en prenant Naybet comme conseiller, mais ce n’est pas suffisant. D’un point de vue technique, les gens qui entourent le président ne pourront pas l’aider.

Propos reccueillis par Hicham Bennani

Le Journal Hebdomadaire, septembre 2009

Advertisements

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Mohamed (EKM) said, on octobre 2, 2009 at 2:01

    c’est lui la solution, vue ses prousses dans al qadam addahabi hahahahah


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :