Maroc Infos

Arthur, Show à la marocaine !

Posted in Culture, Interviews by hichambennani on octobre 8, 2011

Par Hicham Bennani

« Je suis heureux d’être ici ce soir, à Casablanca, ça me fait chaud au cœur, parce que c’est ici que je suis né. » Une phrase pour lancer son show devant le public marocain. Une phrase simple et lourde de sens pour montrer dès son entrée en scène, qu’il n’avait pas l’intention d’oublier qu’il était sur la terre de ses parents.

Difficile pour Arthur de faire fi du spectacle qu’il avait devant les yeux à Casablanca : « Je n’ai jamais vu un public pareil ! » lance Arthur. «Y’en a qui mangent des pop-corn… d’autres qui parlent au téléphone… Vous êtes exceptionnels ! » Juste les mots qu’il faut pour faire l’unanimité et plaire au public casablancais.

« Quand j’étais petit, je me suis réveillé le jour de Noël, je suis allé voir s’il y avait des cadeaux en bas du sapin. Et là… je me suis rappelé… que j’étais juif ! » Un gimmick asséné à plusieurs reprises par Arthur pour rappeler ses origines, au-delà du fait qu’il est natif de Casablanca…

Durant sa représentation façon show à l’américaine, Arthur n’hésite pas à parler régulièrement à la foule, il s’adresse aux spectateurs, les découvre et leur pose même des questions directement. La recette idéale pour adapter son spectacle au regard marocain : « Mais tu fais quoi toi ? » lance Arthur à une femme dans le public. «Tu te maquilles dans le noir ? Nulle part au monde je n’ai vu une femme se maquiller ainsi dans une salle ! »

Une interactivité qui nous fait inévitablement penser à Gad El Maleh, chouchou du public casablancais. « Gad m’a donné des conseils », avoue Arthur. «Je sais que demain, je pourrai trouver mon spectacle en DVD en vente chez vous, avant même qu’il ne sorte en France ! »

Mais la comparaison entre les deux Parisiens a ses limites. Une fois le public mis en confiance, Arthur revient au registre plus provocateur qui fait sa particularité. Il parle des problèmes de couples en long et en large en décrivant, parfois même crument, des scènes de la vie quotidienne. Pour le plus grand bonheur des Casablancais qui, au départ un peu surpris, se sont pris au jeu.

Durant deux heures, Arthur a réussi son pari : faire rire le public. En allant parfois assez loin dans ses descriptions de la vie de couple, la star des Enfants de la télé a provoqué une foule en majorité jeune, il a même réussi à décoincer ceux qui étaient venus en famille.

« Vous m’avez manqué. Je reviendrai vous voir très bientôt, c’est promis ! », conclut Arthur. Standing ovation.

Arthur : «il ne faut jamais oublier d’où l’on vient»

Au début de votre spectacle, vous rappelez que vous êtes né à Casablanca et que  revenir au Maroc vous fait toujours énormément plaisir…

C’est vraiment très important pour moi de jouer à Casablanca, parce que même si je suis Français, je fais aussi partie des Marocains fiers de leurs origines, comme Djamel ou Gad, et des autres Marocains qui vivent en France. Je sais que je suis soutenu et regardé par le public marocain. Venir le rencontrer de temps en temps me fait donc énormément plaisir…

A quand remonte la dernière fois où vous êtes venu au Maroc ?

Il y a exactement trois ans et demi que je n’ai pas joué au Maroc. J’ai déjà joué à Casa, Rabat, Marrakech et Meknès dans le passé. Le public marocain n’a pas changé depuis la dernière fois. C’était exactement la même ambiance, la salle était pleine, les gens étaient contents. La seule différence, c’est que mon spectacle est meilleur aujourd’hui (rires) ! Pour moi, c’est toujours un plaisir et un bonheur de venir voir les gens manger du pop-corn dans la salle, entrer, sortir, téléphoner…

Vous voulez dire que l’ambiance est vraiment particulière ici…

Oui, il existe deux spectacles. Un spectacle sur scène et un autre dans la salle (rires) ! C’est vrai qu’il faut être concentré quand vous êtes devant un public marocain ! Celui qui n’en a pas l’habitude peut devenir fou ! Heureusement, j’avais été briefé par Gad la dernière fois. Les gens sortent, rentrent, discutent, filment, prennent des photos, téléphonent, s’engueulent… J’ai joué dans le monde entier et je n’ai jamais vu ça ailleurs ! Et c’est ce qui fait le charme du Maroc. Il faut en jouer et ne pas être perturbé par tout cela. C’est exactement ce que je fais.

Quels genres de conseils vous a donné Gad El Maleh ?

J’étais venu le voir à Casa il y a quatre ans. Et il m’avait dit de ne pas m’inquiéter concernant le public marocain… qu’il n’était pas très discipliné et que c’était normal. Je trouve ça super !

Vous êtes donc très ami avec Gad ?

Oui, bien sûr. Avec Gad, Michel Boujnah, Elie Semoun et bien d’autres… Ce sont des gens que je respecte énormément pour leur travail et leur talent.

Pendant votre spectacle, vous avez expliqué que vous veniez chaque été au Maroc pendant votre enfance…

Oui, on venait à Casa, j’avais de la famille ici. Je disais à mes copains en France que j’allais à Tahiti (rires) ! Ils me répondaient : « Ah bon ! Quelle chance ! » En fait, je ne leur ai jamais dit que c’était Tahiti Plage ! Je me suis éclaté… Qu’est ce que j’ai fait comme bêtises au Maroc quand j’étais gosse !!! J’ai couru derrière les chiens, j’ai fabriqué un karting avec des planches de bois, des arbalètes avec les élastiques… J’ai fait tout ce que les enfants marocains  faisaient !

Et vous avez gardé des amis au Maroc ?

Très peu. Ils sont tous venus en France.

Votre vrai nom c’est Pinhas…

Tout à fait. Comme mon grand père.

Vous êtes au courant que Pinhas est un chanteur connu ici ?

Ah non, je ne savais pas (rires aux éclats) !

Vous rappelez à plusieurs reprises que vous êtes juif pendant votre représentation. Quel est le message que vous souhaitez transmettre au public marocain ?

Il n’y a pas de message. C’est un gag répétitif dans lequel je rappelle que j’ai grandi en France. Les gens fêtent Noël en France, mais pas les juifs. Donc il ne faut jamais oublier d’où l’on vient. Si tous les pays du Moyen Orient prenaient exemple sur le Maroc concernant les rapports entre musulmans et juifs, je pense qu’il y aurait la paix dans le monde.

Justement, contrairement à Gad El Maleh, vous avez toujours affirmé vos positions politiques concernant Israël. Pourquoi ?

Je suis cash. Je dis toujours ce que je pense et la vérité. Ma vérité en tout cas. Chose que certains humoristes ne veulent pas faire parce que lorsque tu dis ta vérité,  ce n’est pas celle de tous les autres et tu perds des clients. Lorsque mes proches, mes amis, ma communauté est attaquée, si je ne les défends pas, alors qui va les défendre ? Je respecte ceux qui ne veulent rien dire et rien faire. Mais il y a un moment où je me dis que si je ne me prononce pas alors que les médias me le permettent, qui le fera ? J’ai des copains qui ne le font pas parce qu’ils ont peur que leur spectacle se vendre moins bien. Moi je m’en fous. Que ceux qui m’aiment me suivent…

Pendant votre spectacle, vous avez beaucoup parlé de sexe. Est-ce que vous vous rendez compte que vous avez décoincé la salle ?

Ce n’était pas très trash…

Si quand même à certains moments…

Ils étaient tous debout à la fin ! Il n’y a rien de sexuel dans mon spectacle. Je parle de couples. On est en 2011. Quand tu expliques que la première fois qu’on fait l’amour on veut épater sa partenaire, je ne raconte pas les détails… Ce n’est pas du porno (rires) ! J’essaye de raconter cela élégamment. La salle était morte de rire parce que ce n’était pas vulgaire et que c’était simplement juste. Je pense que j’ai raconté la vie des gens.

C’était voulu d’insister sur le mariage, étant donné que c’est un sujet qu’affectionnent les Marocains ?

Oui, bien sûr. J’ai l’impression qu’ils étaient d’accord avec ce que je racontais. Mais le mariage est universel. Les engueulades entre les hommes et les femmes sont universels. Le couple est universel. Mon texte n’a donc pas spécialement changé.

Parlons de vos projets en cours.  Vous travaillez en ce moment sur une nouvelle émission sur la chaine Comédie. Quel est le concept ?

Cette émission s’appelle Ce soir avec Arthur. C’est un talk show humoristique à l’américaine comme il n’y en a pas en France. C’est vraiment une équipe de jeunes comédiens qui cartonnent. D’ailleurs il y a beaucoup de Marocains parmis eux ! On s’amuse énormément. Le public lors de mon spectacle à Casa m’a parlé de cette émission.

Revenons un peu en arrière… Concernant l’affaire Ferguson qui a fait couler beaucoup d’encre, vous avez été accusé d’avoir plagié le talk show d’une émission américaine. Quelle est votre version des faits ? Ici, les gens se posent des questions…

Je vais simplement vous dire que rien de ce qui a été fait n’a été fait exprès et que rien de ce qui a été fait n’a été fait sans autorisation ou de manière malhonnête. C’est le plus grand buzz de ma carrière. Maintenant, j’ai des attachés de presse aux Etats Unis. Je participe à tous les shows là bas. L’autre jour, j’étais chez Conan O’Brian. Peut-être bientôt chez David Letterman. Donc au jour d’aujourd’hui, je profite de ce moment formidable.

Les Américains ont bien joué le jeu alors…

On parle de quoi ? (Agacé) On parle d’un générique qui dure dix secondes et qui se déroule sous une fontaine d’eau. MaisFriends était sous une fontaine d’eau aussi… En fait, d’une blague, on a fait un événement. C’est ce que j’aime et c’est la force d’internet.

C’est donc une histoire qui finit bien ?

Mais elle a très bien commencé ! Elle se termine très bien. Il n’y a que les personnes malintentionnées qui ont tout compris de travers…

Ici, vos fans regardent Les Enfants de la télé… ça doit vous faire plaisir…

C’est vrai. Tout le monde regarde mon émission au Maroc, c’est assez incroyable ! D’ailleurs, je devrais plus souvent saluer les pays qui nous suivent dans mon émission. Et pourquoi pas un jour Les Enfants de la télé au Maroc !

Avec Arthur ?

Pourquoi pas ! Ce serait très bien pour ma retraite… tranquille au soleil !

 Questionnaire de Proust

Votre principal trait de caractère

Impatient

La qualité que vous préférez chez un homme

L’honnêteté

La qualité que vous préférez chez une femme

La fidélité

Ce que vous appréciez chez vos amis

La fidélité

Votre principal défaut

C’est aussi mon principal trait de caractère : impatient

Votre principale qualité

Généreux…sans être prétentieux…

Votre occupation préférée

Jouer avec mes enfants

Votre rêve de bonheur

Jouer toute ma vie avec mes enfants

Quel serait votre plus grand malheur

Partir d’une maladie genre Alzheimer…

Qu’est ce que vous aimeriez être ?

Le tourniquet de Tahiti plage !

Le pays où vous aimeriez vivre

Le Maroc

Votre couleur préférée

Le noir

La fleur que vous aimez

L’orchidée

L’animal que vous aimeriez être

Le tigre

Votre héros dans la fiction

Votre héros dans la vie réelle

Ghandi

Ce que vous détestez par-dessus tout

L’hypocrisie

Un personnage historique que vous aimez

Jules César

L’état présent dans votre esprit

Je suis zen

Votre devise

J’ai fait des rêves et des cauchemars, j’ai surmonté mes cauchemars grâce à mes rêves.

@ Hicham Bennani / Zyriab / 2011

Advertisements

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. dima said, on octobre 9, 2011 at 8:34

    Désolé mais mauvais choix et donc mauvais gout…

    On laisse des gens comme Guillon et compagnie pour
    se taper des vannes à deux shekels 😦

    PS: comment on dit en français « bassal » ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :