Maroc Infos

Tariq Ramadan au Maroc

Posted in Débats by hichambennani on juin 7, 2009

Le séjour de l’’intellectuel controversé n’est pas passé inaperçu au Maroc. En terre d’Islam, le discours de Tariq Ramadan fait toujours l’unanimité. Faut-il pour autant l’aduler ?

par Hicham Bennani

«S’il y a une chose que veut dire le taouhide (l’unicité de Dieu), c’est se libérer des illusions du confort quotidien pour rester fidèle aux principes éternels. C’est une décision personnelle. Dans la tradition islamique, c’est l’énergie intellectuelle qui doit nous aider à comprendre Dieu et le monde». Cette phrase n’émane ni d’un alim, ni d’un imam. Elle a été prononcée le 22 mai par le philosophe Tariq Ramadan à l’ISCAE (Institut de management) de Casablanca, qui donnait une conférence sur le thème : «L’éthique : pour une économie mondiale plus juste». Ce professeur d’islamologie à la faculté de théologie d’Oxford est connu pour présenter l’Islam comme une religion éclairée. Très médiatisé en Europe, il est accusé par de nombreux intellectuels d’adopter un double discours, modéré pour les francophones et intégriste pour les arabophones. Au Maroc, la démonstration de Tariq Ramadan a visiblement convaincu. L’érudit a été acclamé par l’ensemble du public. (more…)

Le Maroc, vu d’ailleurs

Posted in Débats, Maroc, Politique by hichambennani on janvier 9, 2009

Ancien correspondant ou spécialiste du Maghreb, 7 journalistes étrangers analysent, à travers leur expérience, l’évolution économique, politique et sociale du Maroc de Hassan II à Mohammed VI.

 

Propos recueillis par  Hicham Bennani

 

Ignacio Cembrero

 

L’Espagne et le Maroc : une lune de miel sans nuit de noces

 

Journaliste à El Pais, il a réalisé des centaines de reportages, d’analyses et d’interviews sur le Maroc touchant à presque tous les sujets.

 

Beaucoup de choses m’ont marqué depuis 1977, date à laquelle j’ai assisté à une conférence de presse d’Hassan II. Je retiens surtout mon interview avec le Roi Mohammed VI en 2005, la détresse des enfants des rues qui, par exemple, se concentrent à Beni Enzar dans l’espoir de rentrer à Melilia, l’abattement des Subsahariens qui rebroussent chemin après avoir échoué dans leur tentative de sauter le grillage de Melilia et la splendeur de la médina de Fez à la tombée du jour. Malgré tous ses problèmes, le Maroc est sur le bon chemin, mais il pourrait sans doute aller plus vite avec une meilleure tenue de route. C’est le pays d’Afrique du Nord qui attire le plus d’investissements étrangers hors hydrocarbures. Cette simple constatation suffit pour se rendre compte que c’est celui qui inspire le plus de confiance. Avec le temps vous verrez que c’est une aubaine de ne pas avoir de pétrole ni de gaz ! (more…)

Tagged with: ,

J’hérite donc je suis

Posted in Débats by hichambennani on novembre 13, 2008

Féministes et islamistes s’écharpent autour des droits de succession, repris de la loi coranique favorisant les hommes. Eclairage.

 

Abdelsalam, entrepreneur, vient de décéder d’une crise cardiaque, laissant sa femme et, pour toute descendance, ses deux filles. La veuve hérite d’office d’un huitième des biens de son mari. Mais, contrairement au droit musulman, la demeure acquise par le père restera la propriété des trois femmes. Pour éviter que la maison, qui constitue l’essentiel de sa fortune, ne soit partagée entre les enfants et leurs oncles paternels, Abdelsalam a mis, de son vivant, le bien au nom de ses trois protégées. Car, selon la loi sur la succession, partie intégrante de la Moudawana, les hommes héritent toujours plus que les femmes. « Si les héritiers sont de sexe féminin, les oncles paternels disposent du droit de jouir d’une partie des biens. Lorsqu’il n’y a aucun oncle, ce sont les parents de sexe masculin qui disposent de ce droit », indique clairement la charia. Dans le cas d’un garçon et d’une fille héritiers, la loi repartie leurs parts respectives aux deux tiers- un tiers. (more…)

Tagged with:

Dialogue des civilisations

Posted in Débats by hichambennani on avril 25, 2008

Penseurs en vase clos

par Hicham Bennani

Une conférence qui a eu lieu à Rabat a permis à penseurs et personnalités, originaires de plusieurs pays, de débattre sur le sujet du « Dialogue des civilisations ». Malgré la qualité des débats, le public Marocain n’a pas répondu présent.

La conférence qui s’est tenue à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Rabat du 17 au 20 avril a réuni un certain nombre de penseurs et de chercheurs venus des quatre coins de la planète, spécialisés dans les domaines politiques, économiques et religieux. Mohammed Arkoun, Régis Debray, Alain Touraine, Abdesselam Cheddadi, Ali Oumlil, Bernard Bosredon, François l’Yvonnet pour ne citer qu’eux, ont échangé leurs idées sur la conjoncture actuelle du monde et sur la façon de sortir un grand nombre de sociétés des impasses historiques dans lesquelles elles se trouvent. Des personnalités politiques ont également participé aux débats. Il s’agit notamment d’André Azoulay, conseiller du Roi, de Federico Mayor et Amadou-Mahtar M’Bow, tous deux ayant été à la tête de l’UNESCO, de Mario Soares, ancien Président du Portugal et de Candido Mendes, Secrétaire général de l’Académie de la Latinité qui a organisé cette conférence en partenariat avec la Fondation des Trois Cultures. « Toutes les interventions sont des critiques constructives, mais il n’y a pas eu de critiques militantes idéologiques, c’est ce qui est nouveau » explique Mohammed Arkoun, qui a été qualifié de « grand maître » par Aziza Bennani, représentante du Maroc à l’UNESCO. (more…)

Tagged with: , ,

Loi sur l’arabisation

Posted in Débats by hichambennani on avril 4, 2008

« Misarabilisme » ambiant

Le parti de l’Istiqlal réclame à nouveau la présence de la langue arabe dans les administrations et les lieux publics marocains. L’occasion de relancer l’éternel débat sur les problèmes identitaires qui date du protectorat.

L’arabe est la langue du Coran. C’est également la langue officielle du Royaume. Doit-on pour autant bannir le français des administrations marocaines ? Faut-il, sous prétexte que la langue de Molière est un héritage du Protectorat et que le Maroc est un pays arabe, que les inscriptions en français dans la vie de tous les jours s’effacent pour laisser place à l’écriture arabe ? Qu’en est-il de l’arabe dialectal et de l’amazigh qui sont des éléments fondamentaux de l’identité marocaine ? (more…)

Tagged with: ,

Orient/Occident à Fès

Posted in Débats by hichambennani on avril 2, 2008

Quand l’Orient croise l’Occident

Conférences et tables rondes se sont déroulées à Fès en marge du 1200ème anniversaire de la ville. L’occasion pour les amoureux de l’Histoire d’éplucher le passé.

« Le fait que les hommes tirent peu de profit des leçons d’Histoire est la leçon la plus importante que l’Histoire nous enseigne » écrivait Aldous Huxley, romancier anglais. Ce déplorable état de fait s’applique bien évidemment au Maroc et c’est pour cette raison que l’équipe de l’Association Marocaine pour la Promotion de l’Histoire (AMAPH) fait de la question de l’Histoire son cheval de bataille depuis quatre ans. Dans ce contexte, le complexe culturel Al Houria de Fès a été le théâtre d’échanges culturels approfondis entre chercheurs, enseignants, étudiants et amoureux de l’histoire du 26 au 29 mars. « Les Rendez-vous de l’Histoire » sont organisés par l’AMAPH en coopération avec le Ministère marocain de l’Education Nationale et l’Ambassade de France au Maroc. Il s’agit de la quatrième édition d’une série de conférences et tables rondes. Après « La Méditerranée dans l’histoire » en 2005, le « Maghreb Contemporain : permanence et mutation » en 2006 et « Maghreb-Afrique subsaharienne » en 2007, c’est de la thématique « Orient-Occident » dont il était question à Fès. Des chercheurs comme Abdesselam Cheddadi, Daniel Rivet, Adbelahad Sebti, Maurice Sartre et Mohamed Hatimi ont animé les débats avec des intervenants de poids comme Nathalie Davis, Joanna Wronecka, Stuart Shaar ou encore Fatiha Benani pour ne citer qu’eux. « L’idée des rendez-vous de l’Histoire s’appuie sur l’expérience menée à Blois depuis 1998 » explique Maurice Sartre, spécialiste du monde romain oriental. Et d’ajouter : « L’expérience avait séduit les collègues marocains qui ont décidé de faire la même chose. Le concept est le même. La finalité est de permettre la rencontre entre spécialistes et un échange entre professeurs, historiens, étudiants, etc ». « Ethnocentrisme et centralité dans les mondes gréco-romain, chinois et musulman », « Léon l’Africain : l’oriental occidentalisé », « L’image de l’autre à travers les manuels d’histoire », « Fès : 12 siècles d’Histoire », « Des figures de passeurs », « La fondation des Fès entre tradition du Qirtas et la recherche académique », font partie des thèmes abordés sous différents angles lors de ces quatre journées. (more…)

Tagged with: ,