Maroc Infos

Étienne Mougeotte : «Le Maroc est mon deuxième pays»

Posted in Interviews, Maroc by hichambennani on août 3, 2012

par Hicham Bennani

Quelle est la raison de votre présence à Agadir ?

Je suis un amoureux du Maroc. Je dois y venir en moyenne cinq ou six fois par an. Donc, j’aime le Maroc, j’aime les Marocains et parmi mille raisons de venir au Maroc, il y a évidemment le golf. Cela fait maintenant très longtemps que j’ai le bonheur d’être invité à l’occasion du Trophée Hassan II. J’y viens toujours avec plaisir, et là pour la première année, c’est à Agadir. C’est d’ailleurs une grande réussite. Agadir est une ville qui est en train de se développer de manière formidable avec une qualité d’accueil, des hôtels et des golfs. Donc, je trouve très bien que le Trophée Hassan II de golf reste deux ans à Agadir.

Ce n’est évidemment pas la première fois que vous venez ici…

Non bien sûr… J’ai fêté la nouvelle année à Agadir. J’ai beaucoup d’amis marocains que je me suis fais au fil des années. Je les vois quand je viens au Maroc, mais je les accueille aussi lorsqu’ils viennent à Paris. Et moi je dis toujours, le Maroc c’est mon deuxième pays. Je viens en moyenne cinq fois par an.

Il semble que vous aimez énormément les Marocains…

Les Marocains sont des gens exceptionnels. De qualité d’accueil, d’ouverture. Ils m’aident à comprendre la relation entre l’Afrique et l’Europe. La relation entre les pays émergents et les pays développés. Je m’enrichis toujours beaucoup en écoutant les Marocains, en parlant avec eux. Car ils sont à la fois très proches de nous, et en même temps, très différents. La richesse d’une relation est toujours fondée sur les différences et sur la volonté d’essayer de comprendre l’autre, de recevoir ce qu’il peut apporter et modestement de voir ce que l’on peut lui apporter. Il est essentiel de développer les relations entre l’Europe et les pays de la Méditerranée.

Puisque vous participez au Trophée Hassan II de golf, que Feu Hassan II lui-même a fondé, avez-vous eu l’occasion de rencontrer l’ancien monarque ?

J’ai rencontré effectivement Sa Majesté Hassan II pour des interviews. J’apprécie les qualités de ce très grand souverain et j’ai également eu l’occasion de rencontrer Sa Majesté Mohammed VI. J’ai été impressionné par sa vision et sa volonté de développer le Maroc. J’ai été notamment séduit par son dernier discours qui montre une grande vision de l’avenir du Maroc et des Marocains.

C’étaient donc des interviews que vous a accordé Hassan II sur le sol marocain ?

Au Maroc et aussi à Paris. Je l’ai rencontré le 16 juillet 1999, juste avant sa mort. J’avais passé avec trois ou quatre journalistes un long moment avec lui, malheureusement il y est mort 15 jours après.

Ici au Maroc, on a davantage le souvenir de ses interventions dans L’heure de vérité sur Antenne 2…

Il a aussi accordé une grande interview à Anne Sainclair sur TF1. Mais je l’avais aussi interviewé lorsque j’étais à Europe 1. Il y avait une émission qui s’appelait Le club de la presse sur Europe 1. Sa Majesté nous avait reçus et nous avait donné une très longue interview d’une heure.

Qu’est-ce qui vous a marqué chez Hassan II ?

Sa vision du monde appuyée sur une très grande culture et une analyse politique de grande qualité.

Pour revenir à Mohammed VI, dans quel cadre l’avez-vous rencontré ?

J’ai eu l’occasion de le rencontrer justement à l’occasion d’un Trophée Hassan II. Sa Majesté m’avait fait l’honneur de passer quelque temps avec lui. Cela doit faire deux ou trois ans.

Qu’est-ce que vous pensez du Maroc de Mohammed VI ?

C’est un pays qui s’inscrit vraiment dans la modernité. Je pense que Sa Majesté Mohammed VI a remarquablement conquis les défis du 21ème siècle. Et je pense qu’il a une très bonne approche de la question sociale. Il a fait beaucoup pour le statut des femmes, maintenant il engage une réforme constitutionnelle. Donc, je pense que c’est un souverain de son temps. Il a très bien compris les défis auxquels le Maroc était confronté. C’est une chance pour le Maroc d’avoir un souverain qui est encore jeune, même s’il a déjà une très grande expérience politique. Cette jeunesse lui permet d’encore mieux saisir ce qu’est en train de devenir le 21ème siècle. Et il sera l’homme du 21ème siècle.
(more…)

Publicités

Enfants de Salafistes : victimes malgré eux

Posted in Maroc by hichambennani on février 2, 2010

Les enfants des présumés terroristes des attentats de Casablanca se souviennent de l’arrestation de leur père comme si c’était hier. Depuis, ils sont marginalisés par la société. Encore plus que les autres enfants aux conditions précaires, ils n’ont d’autre choix que de s’en remettre à Dieu. Témoignages à Sidi Moumen, quartier qui a vu naitre des kamikazes du 16 mai.

par Hicham Bennani

Les enfants du bidonville des carrières Thomas, en périphérie de Casablanca vivent toujours dans des conditions précaires. Mais certains sont plus marginalisés que d’autres. En ce lieu appelé «Kariane Toma», un grand nombre de présumés terroristes ont été arrêtés par la police, suite aux attentats de Casablanca du 16 mai 2003. Selma Mouhim avait 5 ans, lorsque son père Abdelhak a été enlevé à son domicile. Abdelhak Mouhim, 36 ans, peintre en bâtiment, a été condamné à trente ans de prison ferme. «Je m’en souviens comme si c’était hier. Une vingtaines d’hommes en civil ont pénétré par la force dans la maison. En nous injuriant, ils nous ont demandé où était mon père. L’un d’eux m’a violemment frappé à la jambe. Ma mère venait d’accoucher, ils ont alors dit «mabrouk ziada» (bienvenue au nouveau né) !», témoigne la jeune fille aujourd’hui âgée de 12 ans. Après cela, Selma a continué de se rendre à l’école. «Les premiers mois, mes camarades m’insultaient et me traitaient de fille de terroriste. Une institutrice m’a reproché de porter le voile. Ils me disaient : comment se fait-il que tu obtiennes de très bonnes notes, alors que tu es fille de terroriste, tu ne le mérites pas ! Lorsque je rentre à la maison, je me réfugie dans le travail et je pleure. Je veux que l’innocence de mon père soit faite par la justice», lance Selma en éclatant en sanglots. Pour acheter leurs livres et leur matériel scolaire, les enfants de ceux qui ont été incarcérés après les attentats de Casablanca font avec les moyens du bord, car leurs familles sont coupées de toutes aides extérieures. Et personne n’a le droit de leur apporter de l’assistance. «Nous sommes surveillés en permanence, les voisins sont solidaires, mais on leur passerait les menottes s’ils nous donnaient quoi que ce soit», assure Khamissa Rtimi, sœur de Abderazak Karaoui, condamné à 30 ans de prison ferme. (more…)

Documents de la CIA : Hassan II et Kissinger

Posted in Maroc by hichambennani on novembre 22, 2009

Prémices d’une marche annoncée

Treize jours avant l’annonce de l’annexion du Sahara par Hassan II, le directeur de la CIA avait écrit une lettre à Henry Kissinger, secrétaire d’Etat américain, pour le prévenir des intentions de l’ancien monarque. Un document qui éclaire sur les informations dont disposaient les USA dans cette affaire.

par Hicham Bennani

Henry Kissinger, secrétaire d'Etat américain aux Affaires étrangères, s'entretient avec le roi Hassan II du Maroc en novembre 1973 à Casablanca.

«Si l’armée espagnole reste au Sahara, un grave conflit pourrait éclater», prévient William Colby, directeur de la CIA (Central Intelligence Agency) le 3 octobre 1975, dans un memorandum envoyé à Henry Kissinger, secrétaire d’Etat américain. Le document parle d’un pari risqué du Maroc qui joue à «quitte ou double». Selon Colby, cela pourrait conduire soit à la chute du gouvernement de Rabat, soit à une crise politique du côté de Madrid. Le rôle éventuel que pourrait avoir l’Algérie et la Mauritanie est également signalé. Le rapport laisse à penser que la CIA a poussé l’administration américaine à jouer un rôle de médiateur entre le roi du Maroc et les autorités espagnoles. Le médiateur en question n’était autre que le Directeur-adjoint de la CIA à l’époque : le Général Vernon Walters, un proche de Hassan II. Les documents d’histoire attestent du fait que Walters et le défunt monarque se connaissaient depuis l’enfance. En 1973, lorsque l’OLP avait exécuté deux diplomates américains au Soudan, une rencontre entre les Etats-Unis et l’OLP avait été organisée au palais royal grâce aux liens solides qu’entretenaient Walters et Hassan II. (more…)

Tagged with: , , , ,

Familles des victimes de Mawazine : TEMOIGNAGES

Posted in Maroc by hichambennani on octobre 29, 2009

Séquelles d’une tragédie

par Hicham Bennani

«Soyez patient, le dossier suit son cours, cela demande du temps, il est entre les mains du roi, on ne peut donc pas bousculer les choses, Dieu est grand ! Ne faites pas quelque chose qui va vous nuire. Il faut être patient». C’est ce que Abdelkrim Guellab, caïd du 15e arrondissement de Rabat a déclaré aux familles qui ont perdu un de leur proche en mai dernier, pendant un concert du festival Mawâzine. «Nous ne réclamons que nos droits les plus élémentaires !», clament d’une seule et même voix toutes ces familles. Elles sont onze. Onze familles qui attendent depuis des mois un geste de l’Etat. Toutes les victimes, âgées de 9 à 55 ans, sont principalement issues de quartiers populaires de Rabat ou Salé. «Depuis la mort de mon fils, c’est le parcours du combattant pour obtenir des informations sur l’avancement de l’affaire», témoigne Mohamed Naji, dont le fils Zouheir est décédé à Mawâzine à l’âge de 14 ans. En manque d’informations, ce père de famille sans emploi qui a encore six enfants à charge, a réuni toutes les familles des victimes durant le mois d’octobre, afin de constituer un groupe soudé qui puisse obtenir justice. Il a déposé une requête aux autorités mettant en avant les intentions des familles de faire avancer le dossier. (more…)

Tagged with: , ,

RAM : les pilotes VS Benhima

Posted in Maroc by hichambennani on septembre 19, 2009

Y a t-il un ministre pour sauver la RAM ?

La grève des pilotes a pris fin le 4 septembre dernier. Depuis, les négociations s’enchaînent afin de régler définitivement le malaise. Retour sur les dessous d’une crise annoncée.

par Hicham Bennani

Mohammed VI a fêté ses 46 ans le vendredi 21 août 2009. Ce même jour, tous les notables et décideurs du royaume étaient présents à la garden-party organisée pour l’événement dans la ville de Tétouan. Parmi eux, le fondateur du PAM (Parti Authenticité et Modernité) et ami du roi Fouad Ali El Himma et le patron de la RAM (Royal Air Maroc), Driss Benhima. Hasard ou coïncidence, aussitôt après, ce dernier convoque les pilotes de la RAM à une réunion marathon qui dure 6 heures le lundi 24 août. Driss Benhima remercie les pilotes de ne pas avoir poursuivi leur grève et leur fait des promesses. Depuis le 21 juillet, le PDG de la RAM n’avait assisté à aucune réunion avec les pilotes, qui avaient décrété une série d’arrêts de travail début juillet. Une question coule de source : que s’est-il passé lors de la garden-party ? De source proche du dossier, El Himma aurait affranchi le roi. Résultat : Benhima aurait passé un sale quart d’heure. Mercredi 26 août, le PDG de la RAM rencontre à nouveau les pilotes pendant de longues heures. Les deux jours suivants les négociations se poursuivront sans lui, ce qui tempère quelque peu la crise qui gangrène la RAM depuis presque deux mois (lire encadré 1). (more…)

Tramway de Rabat : la vérité

Posted in Maroc by hichambennani on juin 19, 2009

Qu’est ce qui se trame à Rabat ?

Les travaux du tramway prennent de plus en plus d’ampleur dans la capitale. Gros plan sur un ambitieux chantier qui ralentit toute une ville.

par Hicham Bennani

Dans les opérations de lifting il existe une phase déplaisante. Rabat ne déroge pas à la règle. Les premiers coups de pioche pour la réalisation du tramway ont eu lieu le 23 décembre 2007. Dix-huit mois après, habitants, commerçants et surtout automobilistes subissent quotidiennement des bouleversements inhabituels dans une ville pourtant réputée pour son calme et sa fluidité. «Pour un trajet qui prend normalement un quart d’heure, on peut mettre jusqu’à une heure et demie pendant les heures de pointe», constate Ahmad Ouchibou, secrétaire général du syndicat des employés du transport urbain de Rabat. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, les horaires d’autobus ne sont pas respectés. Dans certaines zones comme l’avenue de France, la moitié de la voierie a été condamnée pour le passage du tram, au détriment des automobilistes qui ne disposent plus que d’une allée très étroite pour circuler. Loubna Boutaleb, directrice du projet de tramway, explique que l’installation des rails par l’avenue en question se justifie parce que «c’est l’axe principal de l’Agdal qui est un quartier commercial important.» (more…)

Tagged with: ,

La mauvaise éducation

Posted in Maroc by hichambennani on mai 29, 2009

Le rapport national d’évaluation de l’éducation du primaire effectué par Transparency Maroc vient de tomber. La corruption, la qualité de l’enseignement, le coût trop élevé de l’enseignement et la vétusté des établissements sont pointés du doigt.

L’Etat a alloué un budget de 31 milliards de dirhams à l’Education en 2008, soit 26% des dépenses publiques. Malgré cela, ce secteur reste un des plus critiqués par l’opinion publique qui fustige son fonctionnement et ses faibles performances. C’est pour cette raison que Transparency Maroc, association de lutte contre la corruption fondée en 1996, s’est lancée dans une enquête approfondie sur la question de l’éducation au Maroc. Pendant le mois de mars 2008, un questionnaire a été soumis à 1 040 parents ou tuteurs, 60 chefs d’établissement, 53 présidents d’associations de parents d’élèves et 15 responsables financiers. Tous faisaient partie d’un groupe de 60 écoles primaires des académies du Grand Casablanca et de Meknès Tafilalet. Parmi les problèmes rencontrés pour effectuer cette enquête figure notamment «l’autorisation d’enquêter dans les écoles en raison de la méfiance à l’égard des objectifs de l’enquête. Il a fallu fournir beaucoup d’explications… », note le rapport de Transparency Maroc envoyé le mercredi 20 mai au Journal Hebdomadaire. Premier constat : le satisfecit des parents concernant la scolarité de leurs enfants est au plus bas. 13 % des familles jugent la scolarité de leurs enfants médiocre ou très médiocre, 50% pensent qu’elle est moyenne, 30% la jugent bonne et 6% seulement la qualifie de très bonne. «Dans l’ensemble, les familles sont peu satisfaites de la qualité de la scolarité de leurs enfants et le degré d’insatisfaction est plus important pour les ménages ruraux que pour les urbains», résume le document. Autre fait inquiétant : plus du tiers des parents n’affichent pas d’intérêt pour l’établissement scolaire de leurs enfants, puisqu’ils ne l’ont jamais visité. Et les 60% qui l’ont visité «n’y sont pas forcément impliqués». En effet, 86,5% des parents déclarent ne pas être concernés par la gestion de l’école de leurs enfants. (more…)

Tagged with: ,

Liberté de la presse au Maroc : la honte

Posted in Maroc by hichambennani on mai 15, 2009

Malgré les belles paroles du gouvernement, la liberté de la presse souffre toujours d’injustices.

«Le Maroc a la conscience tranquille dans le traitement qu’il réserve à la liberté de la presse. C’est un pilier fondamental, comptant parmi les acquis politiques réalisés sous la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI qui croit fortement en la liberté de la presse et qui en est le premier défenseur», a déclaré sur les ondes nationales Khalid Naciri, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, le dimanche 3 mai, pour la Journée mondiale de la liberté de la presse. A cette occasion, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a rendu public un rapport affirmant que «cette année, il n’y a pas eu de changement majeur par rapport aux années précédentes». (more…)

Grippe porcine au Maroc : Halouf-Phobie !

Posted in Maroc by hichambennani on mai 8, 2009

dessin grippe porcineLe virus transmis aux humains par le porc a engendré trouble et confusion dans le royaume en même temps que dans le monde entier. Mais en terre d’islam, la psychose a parfois un goût particulier.

Combien y a-t-il de porcs au Maroc ? «Avec un t à la fin ou un c ? On peut parler des ports comme des porcs…», plaisante Noureddine Chaouki, Directeur de l’épidémiologie au ministère de la Santé. La réponse du docteur Chaouki est moins innocente qu’il n’y paraît. En effet, il semble plus judicieux de se préoccuper des frontières marocaines que des élevages porcins. «Il faut se focaliser sur la grippe humaine, la maladie n’est pas porcine. Discuter de l’élevage, c’est apporter la confusion dans l’esprit des citoyens», confirme Hamid Benazzou, directeur de l’élevage au ministère de l’Agriculture. (more…)

EXPLOSION A CASABLANCA

Posted in Maroc by hichambennani on avril 3, 2009
La voiture la plus proche de l'explosion, juste en face de la salle de jeu.

La voiture la plus proche de l'explosion, juste en face de la salle de jeu.

 4 heures en enfer

Par Hicham Bennani

La banlieue de Casablanca a été victime d’une explosion dans la matinée du mercredi 11 mars 2009. Il y aurait eu un mort et six blessés. Voici le film des événements, photos exclusives à l’appui. (more…)

Tagged with: , , ,

Sala Al Jadida

Posted in Maroc by hichambennani on mars 16, 2009

La cité perdue

14 ans après ses travaux de lancement initiés par Hassan II, Sala Al Jadida s’avère être une ville dortoir sans aucun charme et gangrénée par une multitude de problèmes. Reportage.

p1000149

photos Hicham Bennani

Vous êtes à Rabat. Vous désirez vous rendre à Sala Al Jadida. Rien de plus simple. Prenez l’autoroute en direction de Fès. Allez tout droit. Vous traverserez des paysages verdoyant à couper le souffle. Au bout de dix minutes, vous arrivez à un croisement. Un panneau indique clairement : Sala Al Jadida. Si vous empruntez le bus, le voyage sera un peu plus long : au moins une heure ! Deux gendarmes supervisent la circulation. Regardez-les bien, car ce seront probablement les derniers agents que vous croiserez. De prime abord, la ville, qui domine sur 130 mètres d’altitude la vallée du Bouregreg, ne souffre d’aucun mal. Sala Al Jadida, environ 200 000 habitants, semble propre et bien entretenue. Mais ceci n’est qu’une façade et la réalité est tout autre. Dans un silence d’enterrement, les rues dégagent marasme, nonchalance et ennui. Nous sommes bien loin des promesses mises en avant dans le flyer de présentation de la ville, destiné à aguicher des Marocains au faible pouvoir d’achat. (more…)

Tagged with: , ,

Maroc : Mission française

Posted in Maroc, Société by hichambennani on mars 6, 2009

MISSION IMPOSSIBLE

Les maux dont souffre la Mission française au Maroc s’aggravent d’année en année. Aujourd’hui, la situation n’a jamais été aussi préoccupante.

Par Hicham Bennani

La violence dans l’enceinte et aux abords de Lyautey, plus important lycée français du Royaume témoigne d’un malaise ambiant. Il y a vingt ans, on retenait bon an mal an trois conseils de disciplines chaque année dans l’ensemble des Lycées français du Maroc sous tutelle française. Aujourd’hui, on atteint parfois les quinze conseils ! Les règlements de compte à l’arme blanche, consommation de drogues et agressions beaucoup trop fréquents ont poussé une association de parents d’élèves à financer la mise en place d’un service de sécurité dédié à l’établissement. Une mesure qui n’empêche malheureusement pas les débordements. D’autant que les agents de sécurité n’interviennent pas dans les rapports entre les élèves.

Drame collatéral

Jeudi 5 février, un petit garçon de 13 ans s’est suicidé. Ses camarades de classe du Lycée Lyautey sont encore sous le choc. Très peu d’entre eux osent se rendre à la cellule psychologique mise en place par l’établissement pour la circonstance. (more…)

Hôpital d’enfants

Posted in Maroc by hichambennani on janvier 29, 2009

Le drame des nourrissons

En quinze jours, dix nouveaux nés sont morts à l’hôpital d’enfants de Rabat. Décès inévitable ou négligence de l’établissement ?

Orange, bleu, vert, jaune, rouge, mauve… près de 250 chambres colorées, des salles de bains refaites, une salle de jeu à chaque étage. Dans les couloirs de l’hôpital d’enfant de Rabat, rénové il y a deux ans, tout le personnel se félicite devant son directeur des nouvelles conditions de travail. Car après la mort de dix nourrissons en quinze jours, les responsables entendent bien vendre la vitrine new-look de l’unique hôpital pédiatrique public de la région. Cette mortalité serait dû à des cas de maladies dites « lourdes » comme les prématurités sévères, le cancer ou les infections graves, justifient-ils. Une routine hospitalière en somme selon la direction, sachant qu’environ 800 bébés sont décédés en 2008, d’après les chiffres officiels de l’hôpital. (more…)

Cartes biométriques-cartes à puce-Maroc

Posted in Maroc by hichambennani on janvier 26, 2009

Cartes sur table

Mis à part les cartes bancaires, trois types de cartes à puce électronique existent aujourd’hui sur le marché marocain : la carte nationale, le permis de conduire et la carte grise. Gros plan.

Près de 1 700 000 Marocains ont adopté la CNIE, comprendre la Carte nationale d’identité électronique, mise en circulation depuis avril 2008. Avec son petit format, plus pratique, elle permet de d’être dispensé de l’extrait d’acte de naissance, du certificat de résidence, de vie et de nationalité. La particularité de cette carte réside dans l’intégration des empreintes digitales et d’information d’identité comme éléments biométriques, qui doivent permettre aux agents d’identifier les personnes à l’aide d’un appareil de décodage des données. Seul hic : « Nous attendons beaucoup plus de cartes soient produites avant d’acheter les machines de reconnaissance adéquates », explique un responsable à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). « Ces cartes sont difficilement falsifiables », précise cette source. Mais la Sûreté nationale a encore du pain sur la planche, puisqu’à long terme, 23 millions de personnes devront posséder cette carte au 1er janvier 2012. Pour cela, la DGSN doit maintenir une cadence de 5 millions de cartes délivrées par an. (more…)

Maroc-Palestine

Posted in Maroc by hichambennani on janvier 15, 2009

La rue gronde

 

Suite aux assauts israéliens sur Gaza, plus d’un million de Marocains se sont mobilisés aux quatre coins du Royaume. Manifestations, pétitions, dons… autant de réactions épidermiques.

 

Dimanche 4 janvier. La grande horloge de la gare de Rabat-ville affiche 10h30. Le ciel est gris et quelques gouttes de pluie perlent. Des manifestants, venus de toutes les régions du royaume, affluent vers la place Bab El Had sont afin de montrer leur indignation aux assauts israéliens sur la bande de Gaza. « Nous avions demandé à chaque parti présent sur les lieux de s’organiser », nous confirme Khalid Soufiani, coordinateur du groupe d’action national de soutien à l’Irak et à la Palestine, qui a chapeauté les événements de la journée avec l’AMSLP (Association marocaine de soutien à la lutte du peuple palestinien) et avec des membres des trois congrès panarabes du Maroc. « Membres de partis politiques, intellectuels, artistes, étudiants, sportifs, hommes, femmes, enfants… Personne n’a manqué à l’appel », atteste Khalid Soufiani. Les islamistes, bien organisés comme à leur habitude, ont très vite attiré vers eux les petits groupes d’anonymes, par le biais d’Al Adl Wal Ihsane, du PJD et du Mouvement unicité et réforme. Dans leurs bataillons, les hommes sont à l’avant, les femmes à l’arrière. D’autres partis sont également de la partie, aux côtés de plusieurs associations de lutte pour les droits de l’homme. (more…)

Tagged with:

Le Maroc, vu d’ailleurs

Posted in Débats, Maroc, Politique by hichambennani on janvier 9, 2009

Ancien correspondant ou spécialiste du Maghreb, 7 journalistes étrangers analysent, à travers leur expérience, l’évolution économique, politique et sociale du Maroc de Hassan II à Mohammed VI.

 

Propos recueillis par  Hicham Bennani

 

Ignacio Cembrero

 

L’Espagne et le Maroc : une lune de miel sans nuit de noces

 

Journaliste à El Pais, il a réalisé des centaines de reportages, d’analyses et d’interviews sur le Maroc touchant à presque tous les sujets.

 

Beaucoup de choses m’ont marqué depuis 1977, date à laquelle j’ai assisté à une conférence de presse d’Hassan II. Je retiens surtout mon interview avec le Roi Mohammed VI en 2005, la détresse des enfants des rues qui, par exemple, se concentrent à Beni Enzar dans l’espoir de rentrer à Melilia, l’abattement des Subsahariens qui rebroussent chemin après avoir échoué dans leur tentative de sauter le grillage de Melilia et la splendeur de la médina de Fez à la tombée du jour. Malgré tous ses problèmes, le Maroc est sur le bon chemin, mais il pourrait sans doute aller plus vite avec une meilleure tenue de route. C’est le pays d’Afrique du Nord qui attire le plus d’investissements étrangers hors hydrocarbures. Cette simple constatation suffit pour se rendre compte que c’est celui qui inspire le plus de confiance. Avec le temps vous verrez que c’est une aubaine de ne pas avoir de pétrole ni de gaz ! (more…)

Tagged with: ,

Pirate-moi si tu peux !

Posted in Maroc by hichambennani on décembre 25, 2008

Télévision

Pirate-moi si tu peux !

En 2009, il sera impossible de capter les chaînes du TPS via Hotbird. Enième annonce ou réelle mesure, les petits génies de l’informatique sont partagés.

Samedi 13 décembre. Derb Ghallef. La nouvelle vient de tomber : à partir du 1er janvier 2009, impossible de pirater les chaines de TPS diffusées par le satellite Hotbird. La raison ? Canal+, qui a racheté TPS, a la ferme intention de barrer la route aux hackers. Dans les petites ruelles encore boueuses du souk de la capitale économique, l’information n’est encore qu’une rumeur et personne ne semble s’en soucier. (more…)

Tagged with: ,

SDF au Maroc

Posted in Maroc, Société by hichambennani on décembre 25, 2008

Les SDF se ramassent à la pelle

La wilaya de Casablanca a lancé une opération pour recueillir les sans abris, principales victimes de la vague de froid. Une action entre com’ et solidarité.

Par Hicham Bennani


Dimanche 7 décembre. Quatre estafettes se dirigent à vive allure vers la gare Ouled Ziane de Casablanca, la plus importante gare routière du Maroc. Les forces de l’ordre s’apprêteraient à faire une nouvelle descente musclée ? Pas du tout. Les véhicules appartiennent à l’unité d’action sociale de la wilaya de Casablanca. Après Casa Anfa et El Fida, le programme de ramassage des SDF se poursuit dans une nouvelle préfecture. En ces temps de froid inhabituel dans le Royaume, les sans abris luttent pour survivre. Il n’est pas rare de voir des feux de camp allumés en plein centre de la capitale économique. Quatre agents de police et cinq assistants sociaux sont là pour repérer les sans-logis et les acheminer vers le centre d’action sociale de Tit Mellil. Ils sont suivis de très près par une équipe de la télévision nationale venue couvrir l’événement. La caméra est enclenchée. Top départ. (more…)

Tagged with:

Les habitants de Melilia n’ont pas besoin de visite royale !

Posted in Maroc by hichambennani on novembre 20, 2008

Chakib El Khyari, président de l’Association Rif des Droits Humains, dresse le bilan des intempéries qui ont frappé la région de Nador et revient sur les incidents qui ont eu lieu à la frontière avec Melilia.

Les inondations ont fait au moins 23 morts dans la région de Nador, en plus des dégâts matériels. Le bilan commence-t-il à être plus précis ?

Difficilement. Beaucoup de corps n’ont pas été retrouvés et l’évaluation des dégâts matériels est toujours en cours. Les autorités n’ont pas les moyens nécessaires pour aller dans les zones les plus affectées. Il n’y a pas d’hélicoptères pour s’y rendre ou de tracteurs assez performants pour déblayer certaines routes qui sont toujours dans un état lamentable. La plupart des ponts ont quand même été reconstruits. (more…)

Intempéries au Maroc

Posted in Maroc by hichambennani on novembre 7, 2008

Tsunami à Driouch

 

Par Hicham Bennani

Envoyé spécial dans la région de Nador

 123

En trois jours, la province de Nador, à l’instar d’autres régions du royaume, a été littéralement noyée sous les eaux. Reportage à Driouch, village qui a le plus souffert de la déferlante des flots. 

 

Samedi 25 octobre. Casablanca. Il est 9h30 du matin quand nous prenons la route pour Nador. Direction : Driouch, 60 km au sud-ouest de Nador, village le plus touché par les intempéries du mois d’octobre. Après 600 kilomètres parcourus, dont la moitié sur des routes nationales gorgées d’eau boueuse, nous entrons sous une pluie diluvienne dans Nador. Nous continuons à rouler à une allure de sénateur, slalomant entre les égouts qui débordent et les plaques de boue qui recouvrent la chaussée. L’horloge du tableau de bord affiche à peine 20 heures, mais les rues de la ville sont déjà pratiquement désertes. La majorité des 120 000 habitants de la cité rifaine ont visiblement préféré se réfugier chez eux ou dans les quelques cafés encore ouverts. Sur l’artère principale, la seule épargnée par les inondations, quelques retraités sont attablés dans un bistrot, distraitement occupés dans une partie de ronda. Le même sujet anime toutes les conversations : « ce qui se passe à Driouch ». « À Nador, des constructions se sont effondrées et les rues sont inondées. Mais on est mieux lotis que les habitants de Driouch », se rassure Abdelkrim, sexagénaire, tout en agitant ses cartes. Suffisant pour libérer la colère d’Ahmed, son adversaire : « C’est honteux : personne ne s’intéresse à ces gens-là. Hassan II aurait mieux fait de dépenser l’argent du pays dans le Nord plutôt qu’au Sahara ». Un passant se mêle à la discussion : « L’Espagne est à 15 kilomètres ! Il y a eu autant de pluie à Mélilia. Mais là-bas, pas une goutte de pluie sur les trottoirs, des évacuations parfaites… Pendant ce temps, chez nous, la rue ressemble à une piscine géante ! ». L’homme est coupé dans son élan par les grondements de l’orage. Il court se réfugier sous un préau en éructant, en dialecte tarifit, contre « ce Makhzen qui n’a rien fait pour nous ! ». Il pleuvra toute la nuit. (more…)

Tagged with: